Loading




tourmagazine.fr

Notez
Mercredi 11 Septembre 2013 - 16:45

Bayonne, une « Venise basque » sur les rives de l’Adour

L’âme plurielle à la fête


Bayonne est plus cosmopolite et culturelle qu’il n’y parait. Terrienne, portuaire, conservatrice et « identitaire », la grande ville du Pays basque nord secoue sa routine lors d’évènements festifs, où son ardeur fait loi. Au-delà du patrimoine connu, la découverte des quartiers souligne la personnalité d’une cité où l’on vénère autant le rugby, la pelote, la tauromachie, que la « fiesta ».



Bayonne serait-elle une Venise qui s’ignore ? Le parallèle est osé pourtant les accointances sont plausibles - DR: J-F Rust
Bayonne serait-elle une Venise qui s’ignore ? Le parallèle est osé pourtant les accointances sont plausibles - DR: J-F Rust
C’était un matin d’automne, à la fenêtre d’une chambre de l’hôtel Loustau.

La nuit s’enfuyait à peine à travers les brumes humides de l’Adour, l’hôtel de ville et ses arcades prenaient un air de palais des Doges, cotonneux, imposant.

Bayonne serait-elle une Venise qui s’ignore ? Le parallèle est osé pourtant les accointances sont plausibles.

Avec deux cours d’eau irriguant les quartiers, on pourrait facilement invoquer une « Venise basque ». Voyez le port. La Sérénissime s’envase, les rives de l’Adour s’ensablent.

Depuis les quais lustrés par mille marées et courants, les marins bayonnais exportaient le vin de Bordeaux, une exclusivité accordée par les rois d’Angleterre.

De même les notables de Bayonne commerçaient-ils avec la Normandie et les îles anglo-normandes, où ils exportèrent le cidre basque. Tels des marchands vénitiens influents...

Saint-Esprit, quartier populaire

Une autre passerelle est à tenter : l’art de la fête populaire. Chaque mois de juillet, pendant cinq jours (et cinq nuits), les fêtes de Bayonne deviennent le troisième plus grand rassemblement festif d’Europe, après l’Oktoberfest de Munich et la San Firmin de Pampelune.

Si personne ne porte de masque, les quelques 300 000 fêtards revêtent chaque jour la tenue imposée rouge et blanche. Ils partagent de manière aussi anonyme qu’à Venise la même ivresse populaire.

La ville n’a-t-elle pas relancé le carnaval de Bayonne, dont l’origine remonte à 1480 ? Mais arrêtons là nos métaphores vénitiennes et tentons de déchiffrer, quartier par quartier, la véritable identité bayonnaise.

De sa vocation maritime et d’échanges, Bayonne (9ème port de France), a hérité une tradition migrante.

Rive droite de l’Adour, le quartier Saint-Esprit est à cette image. Ni beau, ni tranquille, il est toujours connoté « populaire ». C’est ici que trouvèrent refuge les juifs chassés d’Espagne, au 16ème s.

Leur empreinte est visible, avec la synagogue, la seule active en Pays basque, les anciens bains rituels, un cimetière, une vieille enseigne d’asile « pour les malades et vieillards pauvres israélites » et plusieurs édifices construits par des familles juives : la gare du 19ème s. (famille Perreire), le bâtiment de « L’inscription Maritime » (frères Gomez), l’hôtel Loustau.

Dans le Grand Bayonne, le cloître gothique

Après, vinrent les espagnols (dont ceux fuyant la guerre civile) et les maghrébins. Sans compter les voisins du Béarn et des Landes, attirés depuis toujours par l’activité de la ville.

On peut s’approprier une part de cette atmosphère. Il suffit de marcher rue Sainte-Catherine, où trônent les dernières maisons bayonnaises du 17ème s. à pans de bois, avec encorbellements et murs en pierre jaune de Mousserolles. Ou grimper la ruelle Tombeloli, pour découvrir l’arrière-scène de ce quartier laborieux et le fronton du « Rail Bayonnais », club réservé aux cheminots.

Le pont Saint-Esprit traverse l’Adour. C’est l’occasion d’évoquer encore le lien de la ville avec la mer.

Les activités portuaires ont certes glissé vers l’embouchure mais pas les bateaux de pêche. Tôt le matin, sur les quais, à la limite d’Anglet, de petits chalutiers accostent et livrent leur pêche du jour, vendue aux connaisseurs sur cinq étals mitoyens. Rares sont les touristes à s’aventurer là.

Revenons au cœur de Bayonne. Les guides de voyages parleront mieux que nous des « incontournables » de la ville : la cathédrale gothique et ses flèches ; le château Vieux ; les musées basque et Bonnat (ce dernier fermé pour rénovation) ; le quai Jauréguiberry et ses façades colorées, hautes et si étroites… Attachons nous à d’autres curiosités.

Dans le Grand Bayonne, il faut parler du cloître gothique. C’est l’un des plus grands de France, avec trois côtés d’arcades à rosaces, en beau calcaire brun. Il fait bon s’y reposer. Pour mordre tranquillement une barre de chocolat. Bayonne en a fait une tradition et la rue du Port-Neuf, une habitude. La dégustation chez Cazenave est un rituel obligé.

Rugby bourre-pif

A la marge de ce quartier commerçant et provincial, là où les colombages étirent les maisons pour les propulser vers le ciel, arrêtons-nous dans les fortifications Vauban.

Voici le stade de rugby Belascain, pilier constitutif de l’identité bayonnaise. Qui n’a jamais vu un dimanche ensoleillé d’hiver une partie de bourre-pif entre les juniors de l’Aviron bayonnais et leurs homologues du Biarritz Olympique ne peut comprendre la rivalité séculaire ni la place de ce sport dans la ville.

Sur cette pelouse historique collée au rempart, mur des lamentations et des exaltations rugbystiques, il a coulé autant de sang et de sueur que si des légions d’armées avaient pris d’assaut la ville.

Aujourd’hui, l’équipe première joue à deux pas, au stade Dauger.

Les jours de matches, les supporters sont sur le pied de guerre dès le matin, devant les Halles, avant de rallier le stade à pied. 10 000 à 15 000 personnes s’y retrouvent, même si cela fait trente ans que le club n’a plus atteint la finale du championnat de France…


Bars patriotes

Autres pratiques, autres mœurs, dans le quartier de Petit Bayonne, rive droite de la Nive. Ses rues au cordeau sont depuis longtemps un foyer de l’identité basque.

Dans les bars patriotes, derrière les slogans revendicatifs, un engagement politique vigoureux s’affiche, conforté par la présence à deux pas, dans le Château-Neuf, du campus de la Nive.

Sans doute est-on loin ici de l’ambiance feutrée et conservatrice de la peña Pottoroak, où grenouille la bourgeoisie locale issue des villas néo-basques cossues des allées Paulmy.

Mitoyen de la place Paul Bert, centre vivant du Petit Bayonne, le trinquet Saint-Vincent fait aussi de la résistance.

C’est l’un des plus anciens de France. Les parties acharnées de pala ou à mains nues confirment si besoin était la santé culturelle et sportive d’une ville constitutive de l’ADN basque.

Infos pratiques

Comité départemental du tourisme Béarn Pays basque

2, allée des Platanes
05 59 30 01 30
www.tourisme64.com

Office de tourisme de Bayonne
Place des Basques
0820 42 64 64
www.bayonne-tourisme.com

Mercredi 11 Septembre 2013 - 16:42
Jean-François RUST


Ain | Aisne | Allier | Alpes-de-Haute-Provence | Alpes-Maritimes | Ardèche | Ardennes | Aube | Aude | Aveyron | Bas-Rhin | Bouches-du-Rhône | Calvados | Cantal | Charente | Charente-Maritime | Cher | Corrèze | Corse | Côte-d'Or | Cotes d'Armor | Creuse | Dordogne | Doubs | Drôme | Essonne | Eure | Eure-et-Loir | Finistère | Gard | Gers | Gironde | Guadeloupe | Guyane | Hautes-Alpes | Haute-Garonne | Haute-Marne | Hautes-Pyrénées | Haute-Savoie | Haut-Rhin | Hauts-de-Seine | Haute-Vienne | Hérault | Ille-et-Vilaine | Indre | Indre-et-Loire | Isère | Jura | Landes | Loire | Loir-et-Cher | Loire-Atlantique | Loiret | Lot | Lot-et-Garonne | Lozère | Maine-et-Loire | Manche | Marne | Martinique | Mayenne | Mayotte | Meuse | Morbihan | Moselle | Nièvre | Nord | Oise | Orne | Paris | Pas-de-Calais | Puy-de-Dôme | Pyrénées-Atlantiques | Pyrénées Orientales | Réunion | Rhône | Saône-et-Loire | Sarthe | Savoie | Seine-et-Marne | Seine-Maritime | Seine-Saint-Denis | Somme | Tarn | Val-de-Marne | Val d'Oise | Vaucluse | Var | Vendée | Visitez les Châteaux de la Loire | Vienne | Vosges | Yonne | Yvelines | Tarn et Garonne





RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com