Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 27 Février 2007 - 10:50

Col de la Bonette : sur la route impériale


A 2 802 mètres d’altitude, séparant la Tinée de l’Ubaye, la Bonette est le plus haut col routier d’Europe. Poumon économique des deux vallées, sa notoriété et ses paysages exceptionnels lui confèrent un statut unique dans le monde des cols alpins.



Crédit photo : Marie-France Trachsel
Crédit photo : Marie-France Trachsel
« Un cognac, patron, s’il vous plait ! ». Jean-Louis Donadey en rigole encore. Chaque été, le jovial animateur du Chalet, à Saint-Étienne-de-Tinée, voit débarquer dans son bar-restaurant des conducteurs au teint cireux, ravi d’en avoir enfin fini avec les vingt six kilomètres de route qui dévalent depuis le col jusqu’au village. Un stress qui n’efface pas les images gravées au fond des yeux. Car si la chaussée de la Bonette nécessite prudence et concentration, elle fige à jamais le souvenir d’un monde merveilleux. Là haut, la minéralité des versants le dispute aux panoramas exceptionnels, ouverts sur l’ensemble des Alpes méditerranéennes. Un col grand spectacle, à portée des pneumatiques de Monsieur tout le monde !

Il faut reconnaître que sur ces pentes, rien n’est vraiment anodin. Depuis l’Ubaye, les paysages quittent les dimensions rassurantes des vallées bas-alpines pour révéler des perspectives rocheuses infinies, dignes de l’Indu Kuch afghan. L’oxygène, raréfié, transforme les moteurs en mécaniques poussives, comme il pétrifie le marcheur, bien à la peine sur les soixante mètres de dénivelé qui séparent le col de la Cime de la Bonette, un court sentier plus haut. Quand au climat, il est capricieux, capable de surprendre l’aoûtien dans une averse de neige, et l’obliger à se réfugier dare-dare dans son véhicule climatisé.
D’ailleurs, de col, il faut n’en parler que l’été. Sept mois durant, de mi juin à mi octobre, c’est porte close, le royaume du grand blanc, des vents glacés et du froid polaire. Des soixante minutes de voiture qu’il fallait pour rallier Jausiers, en Ubaye, à Saint-Étienne-de-Tinée, cinq longues heures deviennent alors nécessaires, par un long détour via Digne et Entrevaux. Autant dire une expédition. Deux mondes se séparent alors au milieu de l’automne, jusqu’à l’année suivante.

Col capricieux

« Dès les premières neiges, nous devons fermer le col, car même si un redoux survient, des congères se forment au sommet, à cause du vent violent d’altitude », explique René Serpaggi, chef de la subdivision départementale d’aménagement de la Tinée, dans les Alpes Maritimes. Quelques années de pratique l’auront familiarisé avec les caprices de la Bonette. « Autrefois, nous avions installé des glissières de sécurité au sommet, au bord de la route. Chaque printemps, lors du déneigement, nous les retrouvions complètement tordues, écrasées sous le poids de la neige ! », explique-t-il.

Quant aux anecdotes concernant du col, elles sont légion : « A quelques reprises lors du déneigement, il nous est arrivé de retrouver des carcasses de voitures, abandonnées par des gens qui avaient malgré tout tenté de franchir le col pendant la fermeture », sourit René Serpaggi. Une autre fois, ce seront des motards, surpris en automne par une chute de neige au Camp des Fourches, lors d’un bivouac. Au petit matin, soixante centimètres de poudreuse recouvrent les deux-roues. Il faudra plusieurs rotations d’hélico pour évacuer hommes et machines…

D’une certaine manière, ces incidents démontrent la notoriété de la route. « En 2003, nous avons enregistré le passage de 100 000 véhicules, en augmentation constante depuis cinq ans », reconnaît, un peu amer, Gérard Caratti, chef de secteur de la Haute-Tinée au Parc National du Mercantour. Exception notable, le Mercantour est l’un des seuls parcs nationaux français – avec le col de l’Iseran en Vanoise – à être traversé par une route ouverte à tous. Un dilemme pour ses administrateurs, obligés de concilier flux de touristes et préservation de l’espace. « Nous estimons que cette fréquentation est plutôt négative. A cause de l’ensoleillement et de l’altitude, nous avons le plus fort taux d’ozone de tout le quart sud-est de la France. Les conséquences sur la flore sont considérables, en particulier pour les pins de montagne », affirme Gérard Caratti, reconnaissant être souvent en bisbille à ce sujet avec les élus locaux.

Car, autre particularité des versants de la Bonette, ils accueillent l’une des faunes les plus denses de toutes les Alpes françaises. « Cette zone du Parc est l’une des seules où nous trouvons la totalité des espèces d’ongulés vivant en montagne », témoigne encore Gérard Caratti. Ainsi, chamois, bouquetins, mouflons, cerfs et chevreuils gambadent gaiement sur les pentes. C’est aussi un terrain favori pour le gypaète barbu et l’aigle royal. Quant au loup, dont la présence dans le Mercantour est si conflictuelle, on le rencontre peu dans ce secteur. « Il a besoin de forêts pour se cacher. Les versants de la Bonette sont trop à découvert », précise Gérard Caratti.

Ouverture et entretien : même combat

Dire que la route du col est aujourd’hui stratégique est plus qu’une évidence. Connue de tous les motards et automobilistes d’Europe du Nord qui descendent l’été sur la Côte d’Azur, vénérée par les cyclistes et les organisateurs de rallyes de véhicules anciens ou de marques (Alpes Rétro, clubs Ferrari, Porsche…), tous séduits par ce passage record en altitude, elle apporte une bouffée d’oxygène aux vallées qu’elle dessert.
Surtout pour la Haute-Tinée, dont la situation en cul de sac lui donne l’hiver des allures de monde perdu.

« L’ouverture du col, c’est 30% de chiffre d’affaires en plus », calcule Jean-Louis Donadey pour son bar-restaurant. Une moyenne que l’on retrouve dans la plupart des commerces de Saint-Etienne-de-Tinée. D’autres en sont encore plus tributaires, comme la famille Ferrier, propriétaire d’un garage-station service au village. « Quand le col est ouvert, nous triplons le chiffre ! Nous avons aussi une activité de taxi. L’été, nous transférons les randonneurs et leurs bagages d’un point à un autre », raconte Pierre Ferrier, le père. Sans compter les prestations d’assistance, pour les pannes de véhicules.

« Côté Tinée, nous nous sommes toujours battus pour maintenir l’ouverture de la route », renchérit Jean-Charles Guiran, président de l’ « Association Pour la Route de la Bonette » (APRB) et conseiller municipal de Saint-Etienne-de-Tinée. Il peut en parler en connaissance de cause. Son père, le docteur Guiran, a oeuvré sa vie durant pour que cette route prospère et soit entretenue. C’est lui qui, en 1959, alors que la chaussée franchissait la ligne de crête au col de Restefond, quelques mètres plus bas qu’aujourd’hui, aura l’idée de dévier la route autour de la Cime de la Bonette, détrônant ainsi de trente mètres le record d’altitude d’un col routier détenu jusque là par l’Iseran.

Viendront ensuite les problèmes d’entretien. Côté Ubaye, l’armée est longtemps propriétaire de la route, ce qui lui permet d’atteindre sans peine ses ouvrages de défense d’altitude. Mais, en 1976, elle abandonne la voie, faute de nouvelles menaces. Tombée dans l’escarcelle de la commune de Jausiers, celle-ci ne peut subvenir aux besoins énormes d’aménagements. Malgré la restauration des dix kilomètres aval dans l’élan d’un pharaonique projet avorté de stations de ski, dans les années soixante dix, le passage à la cime reste délicat. Les collectivités locales faisant la sourde oreille pour accorder des subventions, Jausiers la frondeuse ira même jusqu’à instaurer un péage ! Bottes de paille et tickets filtrent ainsi les passages pendant dix jours, en 1986, au grand dam de l’administration.

Mardi 10 Mai 2011 - 12:16
Jean-François Rust


Allier | Alpes-de-Haute-Provence | Alpes-Maritimes | Aube | Aude | Aveyron | Bas-Rhin | Bouches-du-Rhône | Calvados | Charente-Maritime | Cher | Corse | Côte-d'Or | Creuse | Dordogne | Doubs | Drôme | Essonne | Eure-et-Loir | Finistère | Gard | Gironde | Guadeloupe | Hautes-Alpes | Haute-Garonne | Haute-Marne | Hautes-Pyrénées | Haute-Savoie | Haut-Rhin | Hérault | Ille-et-Vilaine | Indre-et-Loire | Isère | Jura | Landes | Loire | Loir-et-Cher | Loire-Atlantique | Loiret | Lot | Lot-et-Garonne | Lozère | Maine-et-Loire | Manche | Marne | Martinique | Mayenne | Mayotte | Meuse | Morbihan | Moselle | Nièvre | Nord | Oise | Orne | Paris | Pas-de-Calais | Puy-de-Dôme | Pyrénées-Atlantiques | Pyrénées Orientales | Réunion | Rhône | Saône-et-Loire | Sarthe | Savoie | Seine-et-Marne | Seine-Maritime | Seine-Saint-Denis | Somme | Val-de-Marne | Val d'Oise | Vaucluse | Var | Vendée | Visitez les Châteaux de la Loire | Vienne | Yonne | Yvelines



SUIVEZ NOUS











Voyager en photos   Voyager en vidéos

Choisissez votre destination
Carte du monde Canada Etats-Unis Amérique Centrale Amérique du Sud Afrique Australie, Nouvelle-Zélande et Pacifique Moyen-Orient Asie France Caraïbes République Dominicaine Europe Europe Maldives Seychelles Ile Maurice



Hébergements


Commentaire




RSS | Facebook | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com