Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 11 Janvier 2011 - 12:30

Tunisie : la révolte de la rue ne doit pas faire peur aux touristes


Les Français aiment la Tunisie. Ils apprécient sa proximité, sa francophonie, ses plages de carte postale, la gentillesse légendaire de ses habitants, ses clubs de vacances... Ils sont 1 400 000 à s'être allongés sur un transat tunisien en 2010. Et ils arrivent à en oublier que la Tunisie est un pays... comme les autres !



La révolte s'est transformée en émeute sanglante - DR
La révolte s'est transformée en émeute sanglante - DR
Après avoir connu, une relative prospérité, voici la Tunisie durement touchée par la crise économique et le chômage, incapable d'absorber l'afflux de ses jeunes diplômés.

La rue conteste et se révolte contre un manque d'avenir, contre la vie chère, puis contre certaines censures, certains privilèges...

Une révolte sans précédent qui a dégénéré ce week-end en émeutes sanglantes. 14 personnes sont mortes à Thala et Kasserine selon le gouvernement, au moins 20 selon l'opposition.

Un dernier bilan de la présidente de la Fédération internationale des ligues de droits de l'Homme (FIDH), Souhayr Belhassen, fait état d'au moins 35 morts, mardi 11 janvier 2011.

Les manifestations se concentrent dans trois villes : Kasserine, Thala et Regueb.

Et les choses ne seront sans doute plus tout à fait comme avant car les langues se délient, les images circulent.

La Tunisie est aujourd'hui très présente sur les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter. En dépit des blocages d'accès, des filtrages, de l'arrestation des blogueurs contestataires et au-delà de la presse officielle, l'information circule.

Janvier, basse saison pour le tourisme tunisien

Et le tourisme dans tout ça ?

Lui qui repose sur deux piliers essentiels, stabilité politique et sécurité du pays visité, a trouvé avec la Tunisie un partenaire privilégié et toute l'échelle sociale a intérêt à ce que la situation et l'image ne soient pas entachées.

Dans ce pays musulman où l'intégrisme est réellement combattu, le tourisme est une industrie essentielle.

En 2009 il représentait 370 000 emplois directs, représentait 7 % du PIB et générait 3,4 milliards de dinars en devises (1,7 Mds €).

A l'Office du Tourisme, avenue de l'Opéra à Paris, vendredi 7 janvier 2011, aucune réaction particulière du public n'a été constatée.

Quelques curieux ou voyageurs potentiels rentraient dans l'espace ouvert au public pour se renseigner, ni plus ni moins que d'habitude en cette période de très basse saison pour le tourisme tunisien.

En France, les spécialistes de la Tunisie sont légion. Chez les généralistes comme Fram, Thomas Cook, Look, Marmara et les autres, la destination fait figure de locomotive.

Selon nos informations, ni les uns ni les autres n'enregistrent à l'heure où nous écrivons ces lignes d'annulations ni même de baisses de réservations.

Des vacances tranquilles

Tunisie : la révolte de la rue ne doit pas faire peur aux touristes
A Zarzis, dans le sud tunisien le Sangho Club fait le plein avec sa clientèle de séniors. Ils sont plus de 350 à y séjourner deux ou trois mois chaque hiver.

Hosni Djemmalil, président du Groupe Sangho fait la part des choses.

"Le tourisme n'a rien à voir avec les manifestations de rues et les revendications. Il n'y a aucune hostilité de la part du peuple tunisien et nos clients passent des vacances tranquilles. Les affrontements auxquels nous assistons sont internes à la Tunisie".

Les affrontements qui secouent la Tunisie ne seraient-ils pas la conséquence et un prix à payer sur sa formidable évolution qu'a connu le pays ?

En cinquante ans, depuis l'indépendance, le taux de scolarisation y est passé de nul à... plus de 96 % !

C'est certes spectaculaire, mais une fois encore, faute de travail, les diplômes ne nourrissent pas son homme...

360 CV Bac + 3 pour un emploi de monteur de camping !

Spécialiste des voyages événementiels et incentives en Tunisie, César Saint-Ouen (Croisière Jaune) n'observe pas d'impact sur ses clients qui sont, pour l'essentiel, des entreprises de moyenne et grosse importances.

"Les manifestations de rues en période de crise sont courantes à travers le monde. Le public est habitué à ce type d'information.

Ce qui peut choquer est le fait que des troubles arrivent en Tunisie, un pays réputé tranquille... Pour bien le connaître je peux assurer que le peuple tunisien est totalement ouvert au tourisme et qu'il ne va pas stigmatiser les étrangers dans ce conflit interne
".

César Saint-Ouen témoigne de la réalité du chômage : le 29 décembre dernier il passait une annonce en Tunisie pour embaucher un responsable technique capable d'assurer le montage de ses campements dans le désert ou sur les plages sauvage.

En moins d'une semaine il recevait 360 CV, tous des bac + 3 ou 4 !


A suivre : page 2 - La réaction de Tahar Saihi, président élu des agences de voyages tunisiennes et ce que dit le site du Quai d'Orsay sur la Tunisie

Vendredi 14 Janvier 2011 - 10:02
Michèle Sani


Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com