Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 20 Juillet 2009 - 11:53

Tourisme spatial : encore quelques années de patience


Il y a quarante ans, l'homme marchait sur la lune. Le quidam, lui devra attendre. Déjà pratiqués en Russie, les vols spatiaux sont annoncés pour bientôt en Europe: 2010-2012. Mais la crise financière a ralenti l'évolution des programmes. Lancé en 2001, le concept de tourisme spatial paraît dans une mauvaise passe : patience, répondent ses concepteurs, qui défendent une vision "de long terme".



EADS présentait en 2007 son prototype d’avion-fusée destiné à envoyer dans l’espace des milliardaires en quête de nouvelle destination / D.R.
EADS présentait en 2007 son prototype d’avion-fusée destiné à envoyer dans l’espace des milliardaires en quête de nouvelle destination / D.R.
Six "touristes" déjà ont pu réalisé leur rêve. Ils ont passé quelques jours en orbite à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Le dernier en date, l'Américain Charles Simonyi, a décollé au printemps de Baïkonour dans une fusée russe Soyouz, pour son deuxième vol.

Les prochains noms ne sont pas encore connus selon la direction de Space Adventure, qui commercialise ces vols en partenariat avec Roskosmos, l'agence spatiale russe.

La forte hausse du prix du billet pour l'apesanteur, passé de 20 millions de dollars lors du premier vol en 2001 à 35 millions de dollars pour le dernier, a freiné les ardeurs des intéressés. Et la crise financière des derniers mois n'a pas aidé, déstabilisant les plus belles fortunes.

Pour preuve, les programmes de développement sont suspendus. EADS, avec sa filiale Astrium, a mis en sommeil son programme d'avion de tourisme spatial en mars dernier. Faute d'engagements des investisseurs privés.

L'industrialisation n'est pas lancée, mais les études de définition se poursuivent. Astrium, qui a déjà investi près de 10 millions d'euros, a besoin d'un tour de table d'environ 1 milliard d'euros.

Le premier port spatial en construction

L'avion porteur White Knight Two décollera d'une piste de 3 km de long et larguera à 15 km d'altitude le SpaceShipTwo / D.R.
L'avion porteur White Knight Two décollera d'une piste de 3 km de long et larguera à 15 km d'altitude le SpaceShipTwo / D.R.
Le numéro 3 mondial de l'industrie spatiale souhaite commercialiser son appareil de quatre places (plus le pilote) à hauteur de 200 000 euros par passagers. Cette modique somme comprendrait une semaine luxueuse de « préparation » à un vol d'une heure et demi pour 4 minutes d'apesanteur.

Mais le tourisme spatial reste imaginable pour les spécialistes. L'astronaute Harrison Schmitt y croit : « Le tourisme spatial fonctionne déjà en Russie. Ce sera très cher car le coût reste important et ceux qui iront là-haut devront aussi financer la recherche scientifique ».

Virgin Galactic, qui est pour le moment le groupe le mieux placé sur ce marché, a quant à lui démarré la construction de son port spatial, SpacePort America, au Nouveau-Mexique, d'où décolleront les SpaceShipTwo pour des vols touristiques dans l'espace a été lancé. Le premier vol est prévu fin 2010, début 2011.

Ce port spatial fonctionnera comme un aéroport traditionnel et permettra aux différentes compagnies qui l'utiliseront de disposer de terminaux et de hangars. Il comprendra un terminal d'embarquement, des installations de préparations au vol pour les touristes spatiaux et les hangars de maintenance et de préparation au vol des SpaceShipTwo et de leur avion porteur.

A partir de décembre 2010, il vous en coûtera 200 000 euros pour atteindre l'espace et profiter de quelques minutes d'apesanteur. L'avion porteur White Knight Two décollera d'une piste de 3 km de long et larguera à 15 km d'altitude le SpaceShipTwo qui utilisera son propre système de propulsion pour rejoindre les 100 km d'altitude, la frontière officielle entre la Terre et l'espace (les données scientifiques indiquent qu'elle se situe en fait à 118 km).

Le marché pourrait représenter 5 000 passagers par an à l'horizon 2020.

En attendant, visitez les musées sur Terre

/ D.R.
/ D.R.
Comme les vols dans l'espace ne sont pas à la portée de toutes les bourses, les curieux peuvent se reporter sur les musées. Une approche ludique, les pieds sur Terre.

La Cité de l'Espace à Toulouse
En France, le parc à thème de la Cité de l'espace vous permet de voir une maquette à taille réelle de la fusée Ariane, la Station Mir, mais aussi toute l'histoire de l'espace.

Le Centre spatial Kennedy à Cap Canaveral
Vous pourrez ainsi faire la visite du Centre spatial Kennedy à Cap Canaveral, le site de lancement des navettes. Vous revivrez les grands moments de la NASA et pourrez découvrir des expositions interactives, ainsi qu'un état de l'avancement de la construction de la Station spatiale internationale. Enfin, vous ferez le tour de l'ensemble du site en autobus, et notamment une plateforme de lancement.

La Cité des Etoiles à Moscou
De même, à 25 kilomètres de Moscou, il est possible de visiter le centre d'entraînement des cosmonautes et le Musée Spatial de Russie, à la Cité des étoiles. Un duplicata de la Station spatiale Mir a été réalisé (la véritable station gît maintenant dans les eaux du Pacifique) et vous permet de voir dans quelles conditions vivent les hommes de l'espace. Des tours opérateurs comme Bestrussiantour organisent de véritables évènements, comme l'organisation de dîners en compagnie de cosmonautes.

Cette animation en trois dimensions présente les futures prestations que prétend offrir, dans un futur proche, la firme Virgin Galactic dans le domaine du tourisme spatial.


Lundi 20 Juillet 2009 - 16:16
La rédaction (C. Ex)

News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com