Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 21 Mars 2011 - 15:16

Tourisme et Handicaps : "Notre objectif ? Qu'un jour il n'y ait plus besoin de labels..."

Entretien avec Annette Masson, Présidente de l'Association Tourisme et Handicaps


Fermez les yeux, bouchez vos oreilles ou oubliez vos jambes... que feriez-vous de vos vacances ? C'est à cette question que tente de répondre l'association Tourisme et Handicaps depuis sa création en 2001. Annette Masson, sa présidente, est l'invitée cette semaine de notre rubrique Paroles d'Expert.



Annette Masson, la Présidente de l'association Tourisme et Handicaps / DR : AL
Annette Masson, la Présidente de l'association Tourisme et Handicaps / DR : AL
TourMagazine.fr - Pouvez-vous nous présenter le label Tourisme et Handicap ?

Annette Masson -
"Le label Tourisme et Handicap a 10 ans. Il a été développé par le ministère alors en charge du tourisme pour sensibiliser les professionnels du tourisme à l'accueil des personnes en situation de handicap.

Mais aussi pour permettre aux touristes handicapés d’identifier - via un logo apposé à l’entrée - les structures qui garantissent un accueil et des prestations adaptées à leurs handicaps : moteur, mental, auditif ou visuel
."

TM.fr - Combien de sites touristiques sont labellisés ?

A.M -
"A ce jour, nous comptons 4500 structures labellisées sur l'ensemble du territoire français avec des régions plus labellisées que d'autres.

C'est le cas du Centre qui compte 433 sites labellisés. Inversement, la Corse n'en possède pas un. Elle ne veut pas fédérer mais je n'abandonnerai pas !

Par ailleurs, pour l'instant nous n'avons que 19% de nos sites labellisés qui possèdent les 4 familles de handicap. Mais il faut reconnaître que certaines structures - les aquariums par exemple - ne pourront jamais avoir les 4 familles de handicaps
."

TM.fr - Pouvez-vous nous en dire plus sur le nouveau label Destination pour Tous ?

A.M -
"Le label Destination pour Tous est pour l'instant un projet. Il vient compléter le label Tourisme et Handicap et doit permettre de distinguer les territoires qui offrent aux personnes handicapées des prestations de services et d’hébergements adaptés.

Ce label est d'abord testé au sein de territoires pilotes avant d’être déployé au printemps. Nous en avons retenu six : Balaruc-les-Bains et Saint Gilles Croix De Vie, Angers et Bordeaux, le Morvan et le Canal du midi.

Nous ferons un bilan en juin. Si ce label est lancé il permettra alors aux touristes handicapés d'avoir une nouvelle garantie
."

TM.fr - Enfin, comment trouvez-vous que les mentalités ont évolué depuis la création du label ?

A.M -
"En 10 ans, je trouve une évolution notable des mentalités. Il y a une prise de conscience certaine. Avant il fallait aller chercher les structures maintenant ce sont elles qui viennent à nous.

Mais il y a encore beaucoup à faire d'ici 2015 date à laquelle les lieux publics - dont les Offices de Tourisme - devront obligatoirement être accessibles aux 4 types de handicaps, et ce dans le cadre de la loi du 11 février 2005 pour "l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté".

Notre objectif ? Qu'un jour il n'y ait plus besoin de labels... ou comme en Norvège, des labels pour dire quels lieux ne sont pas accessibles aux personnes handicapées
."

L'attribution du label à la loupe

Il s’agit d’une démarche volontaire des professionnels du tourisme et prestataires de services souhaitant assurer de façon pérenne un accueil de qualité à la clientèle handicapée.

Ils doivent s’adresser à l’instance régionale de concertation et d’attribution du logo « Tourisme & Handicap », mis en place par les délégués régionaux au tourisme.

Dans un premier temps, chaque professionnel intéressé reçoit un questionnaire d'auto-évaluation qui permet d'apprécier l'état d'accessibilité de l'équipement, pour les différents types de handicap (moteur, visuel, auditif, mental).

Si cette auto-évaluation est positive, le professionnel peut s'engager soit dans une démarche d’adaptation de son équipement avec, éventuellement le soutien des services compétents et des associations spécialisées, soit dans la démarche de labellisation proprement dite.

La labellisation implique l’analyse de l’équipement par des enquêteurs représentant les professionnels du tourisme et les associations de personnes handicapées. Leur évaluation repose sur une grille détaillée établie à partir d’un référentiel national.

Au vu des conclusions, la commission régionale donne un avis favorable pour un ou plusieurs handicaps pour une proposition de label Tourisme et Handicap.

Les critères retenus ont pour objectif de déterminer si les équipements mis à disposition des touristes handicapés leur permettent la meilleure autonomie possible et ce, dans chaque type de handicap.

Le diagnostic établi, l'instance régionale examine le rapport motivé des évaluateurs en tenant compte à la fois de la réglementation, du bon sens et de l’approche humaine.

Mardi 19 Avril 2011 - 15:11
Propos recueillis par Anne Lombardo



Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com