Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mercredi 1 Mars 2006 - 15:11

Seychelles : une F.A.Q pour tout savoir sur le Chikungunya

questions fréquemment posées


L'Office du Tourisme des Seychelles a diffusé la circulaire émanant du Conseil National du Tourisme, rédigée en collaboration avec le Ministère de la Santé, qui compile des FAQ (questions fréquemment posées) sur les derniers développements touchant le Chikungunya.



Seychelles : une F.A.Q pour tout savoir sur le Chikungunya
La circulaire émanant du Conseil National du Tourisme, rédigée en collaboration avec le Ministère de la Santé, est une mise à jour des informations destinées aux opérateurs locaux et à l’ensemble de leurs partenaires à l’étranger, notamment les organisateurs de circuits et les agences de voyages, précise le communiqué.

Les informations données dans les circulaires précédents ont été reprises sous forme de FAQ. Objectif : "permettre à tous les acteurs de l’industrie du tourisme d’avoir un document de référence pour répondre aux demandes et aux préoccupations liées à la situation du Chikungunya dans l’océan Indien."

Quelles sont les dernières informations sur le Chikungunya aux Seychelles ?

· Pour la troisième semaine consécutive, le Ministère seychellois de la Santé a rapporté une baisse des nouveaux cas de Chikungunya enregistrés dans le pays.
· Ceci fait suite à une chute de 37% du nombre total de cas de Chikungunya recensés aux Seychelles.
· La diminution constante de ces cas est relevée dans tous les districts, sans exception, ce qui laisse supposer qu il n’y a plus de zones à risques et que le virus est sous contrôle.
· Aucun décès dû au Chikungunya n’a été rapporté aux Seychelles.

Ces chiffres encourageants témoignent de l’efficacité des mesures d’urgence mises en place par les autorités sanitaires avec le concours de la population. Le Ministère de la Santé a indiqué que ce retour progressif à la normale devrait se poursuivre jusqu’a l’éradication totale du virus.

Un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé ( OMS ) a confirmé le résultat ci-dessus et indiqué que cette tendance décroissante devrait se maintenir. Selon ce rapport : « Les mesures de contrôle se sont avérées efficaces dans la réduction du nombre de cas, un succès à mettre au crédit du gouvernement, de la mobilisation des différents partenaires et des campagnes intensives de sensibilisation publique lancées à travers le pays ».

Qu’a t’on fait aux Seychelles devant la menace du Chikungunya ?

Les Seychelles se sont engagées dans une campagne nationale visant à s’attaquer au seul vecteur de transmission du Chikungunya : les moustiques. Cette campagne s’est appuyée sur :

· Une action de sensibilisation en profondeur dans les medias invitant l’ensemble de la population à supprimer autour des habitations et des lieux de travail toutes les poches d’eau facilitant la multiplication des moustiques.
· La mobilisation des groupes communautaires afin de nettoyer les lieux publics et les sites où se reproduisent les moustiques.
· L’utilisation d’insecticide dans certaines zones.

Comment la situation se présente-t’elle aujourd’hui aux Seychelles ?

La vie quotidienne seychelloise a été relativement peu perturbée par la présence du Chikungunya. La population dans son ensemble a adopté rapidement des précautions simples et de bon sens, ce qui a permis à tous les résidents de mener une vie normale et aux visiteurs de découvrir ce que les îles ont de mieux à offrir.

Comment une petite nation insulaire comme les Seychelles a t’elle pu faire face avec succès au Chikungunya ?

Les Seychelles ont eu la chance – avant même l’arrivée du Chikungunya - de disposer à la fois d’avantages naturels et géographiques, ainsi que d’un réseau performant d’infrastructures de santé.

L’expansion initiale du Chikungunya s’explique du fait de pluies anormalement fortes en décembre et au début du mois de janvier. Selon toutes probabilités, elles ont entraîné l’augmentation du nombre de moustiques dans le pays. La tendance a pu être inversée à la fin de ces pluies et grâce à l’action combinée d’un certain nombre de facteurs :

· Les Iles Seychelles sont relativement petites comparées aux autres pays de l’océan Indien et ont peu de zones marécageuses où les moustiques peuvent se reproduire.

· En raison de ce rayon d’intervention moins étendu et d’un système de santé décentralisé avec des cliniques réparties sur tout le territoire, il a été beaucoup plus facile pour les autorités de suivre, contrôler et gérer les ressources en fonction de la progression du virus.

· Indépendamment de leur petite taille, les Seychelles ont un système sanitaire et de santé qui est classé au premier rang des pays africains et même devant celui de certains pays européens. ( l’Index du Développement Humain du PNUD place les Seychelles au 35ème rang mondial en ce qui concerne les services sanitaires et de santé.

· Les Services Publics aux Seychelles ( eau courante à domicile, etc) sont très bien développés et la population est consciente des risques de propagation des moustiques liés à l’existence de poches d’eau stagnante.

Le Chikungunya : de quoi s’agit-il exactement ?

Le Chikungunya est une infection virale transmise par les moustiques et qui provoque de la fièvre, des douleurs dans les muscles et les articulations, des éruptions cutanées et parfois des nausées et des vomissements. Le cycle de la maladie se développe habituellement sur 4-7 jours, et des traitements anti-douleurs ainsi que du repos sont conseillés. L’infection se termine d’elle-même et le rétablissement est complet, en d’autres mots, ceux qui ont été victimes de cette infection ne restent pas porteurs du virus.

Le Chikungunya qui n’est pas endémique aux Seychelles provient sans doute d’un pays voisin de l’océan Indien. La présence du Chikungunya en Asie et en Afrique continentale est historiquement rapportée.

Est-il sans risque de venir aux Seychelles et quels conseils donner aux touristes ?

Avec où sans Chikungunya, les Seychelles demeurent pour les voyageurs l’une des destinations les plus sûres de la planète. Il n’y a pas de malaria, pas de cyclone et une criminalité faible.

Les personnels de santé aux Seychelles ont pour objectif d’éliminer totalement le Chikungunya. La tendance de ces trois dernières semaines montre qu’ils sont en bonne voie d’atteindre cet objectif.

Comme la plupart des hébergements aux Seychelles ont l’air climatisé, et comme les moustiques sont surtout actifs la nuit, le risque du Chikungunya est relativement bas pour les visiteurs. Jusqu’à ce que le virus soit complètement éradiqué il y a néanmoins un risque léger d’infection mais cela ne devrait pas dissuader les visiteurs de se rendre dans l’archipel.

Il est important de souligner que jusqu’ à présent il n’y a aucun cas rapporté de touriste atteint du Chikungunya dans les hôpitaux et cliniques des Seychelles.

Les précautions habituelles s’appliquant à tous les voyages dans des pays tropicaux (notamment l’usage d’insecticides) doivent donc être appliquées.

Dimanche 18 Mars 2007 - 15:11
Rédaction (C.E) - redaction@tourmagazine.fr


News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com