Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mercredi 13 Juillet 2011 - 08:13

Régime avant les vacances : attention aux escroqueries !


Avant de partir en vacances, retrouver sa ligne est devenu pour certain(e)s une habitude. Objectif : être bien dans sa peau et bien dans son maillot de bain. Dans son guide des Vacances 2011 contre les arnaques, la DGCCRF consacre un chapitre sur les méthodes amincissantes.



Crédit photo : Photos Libres
Crédit photo : Photos Libres
Chaque année, dés le retour des beaux jours, on voit fleurir dans les vitrines des magasins, dans les campagnes publicitaires et autres couvertures de magazines, des messages « magiques » vantant les mérites de méthodes amincissantes rapides et visibles.

Maigrir en mangeant tout ce que l’on veut, sans faire de sport, avec des crèmes miraculeuses… des promesses qui laissent rêveurs.

Mais attention, « perdre du poids ne doit cependant pas entraîner une « perte » de sa vigilance », indique la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) dans son guide des Vacances 2011 contre les arnaques. En effet, elle consacre un chapitre sur les méthodes amincissantes.

Elle rappelle que les méthodes proposées au public sont « diverses et variées » : les appareils d’hydrothérapie (bains bouillonnants), les cabines de sauna, les bermudas ou combinaisons amincissantes, les appareils d’électrostimulation, les formules associant une méthode amincissante à un régime et des compléments alimentaires.

Ou encore l’application de produits cosmétiques tels que des huiles, des crèmes agissant sur les « graisses », la « cellulite » ou permettant d’éliminer la « rétention d’eau ».

« Les réglementations applicables à ces appareils ou méthodes concernent la sécurité et le contrôle de la publicité », explique la DGCCRF.

En effet, les appareils proposés aux consommateurs doivent répondre à l’obligation générale de sécurité, telle que définie à l’article L‐221‐1 du code de la consommation, indique l’administration française relevant du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.

Par ailleurs, elle indique que les pratiques commerciales trompeuses - définies aux articles L. 121‐1 et L. 121‐1‐1 du code de la consommation - peuvent être sanctionnées par l’application des articles L. 121‐2 et suivants du même code.

Concrètement : en l’absence d’éléments justifiant les résultats annoncés, la cessation de la publicité peut être ordonnée par le juge d’instruction ou par le tribunal saisi des poursuites.

Ainsi, la DGCCRF invite les estivants à « rester vigilant à l’égard des termes ou allégations utilisés dans les publicités car il existe encore certains agissements proches de l’escroquerie, voire dangereux en terme de santé publique ».

Ainsi, et par exemple, il faut se méfier des agréments « bidon » ou des cautions médicales qui ont également un fort impact sur la décision d’achat : « testé cliniquement » ou « en milieu hospitalier » doivent être considérées avec circonspection.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Mercredi 13 Juillet 2011 - 08:39
A.L



Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com