Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 5 Novembre 2007 - 13:15

Quoi de neuf docteur ? Les Français se méfient de la tourista... autant que du paludisme !

1er baromètre auprès d'un échantillon de 960 personnes


A une époque où se multiplient de plus en plus les déplacements à l'étranger, l'Institut Pasteur repart en campagne, afin de sensibiliser les voyageurs aux bons réflexes sanitaires à adopter. L'occasion de dévoiler le premier baromètre Ifop sur la santé en voyage, qui révèle que les voyageurs français doivent améliorer leur connaissance des risques réels et des bonnes pratiques, en matière de santé en voyage. Explication.



Quoi de neuf docteur ? Les Français se méfient de la tourista... autant que du paludisme !
Pour encourager l’adoption par les voyageurs des bons réflexes santé, et rappeler à tous son rôle central dans la lutte contre les maladies infectieuses, l’Institut Pasteur repart en campagne le 12 novembre prochain, à l’heure où se multiplient chaque année les déplacements à l’étranger. Cette campagne, relayée par un spot TV, est doublée d’un appel aux dons pour soutenir les recherches de l’Institut Pasteur contre les maladies infectieuses.

A cette occasion, l'institut Pasteur dévoile le premier baromètre Ifop sur la santé en voyage, mené auprès d'un échantillon de 960 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.*

Palmarès de l’anxiété sanitaire des Français

Sans se montrer inquiets outre mesure, les Français ont conscience des risques liés aux déplacements hors d’Europe et d’Amérique du Nord. S’ils semblent globalement prévoyants, leur connaissance des risques réels et des bonnes pratiques en matière de santé en voyage doit être améliorée.

Plus d’un Français sur trois (36%) se déclare prêt à renoncer à une destination dont la situation sanitaire est jugée risquée. Le pourcentage d’abandon atteint même 42% parmi les personnes qui n’ont jamais voyagé hors d’Europe et d’Amérique du Nord. Ces chiffres élevés révèlent toute la part de croyances liées aux voyages dans les régions chaudes du globe, confirmée par le palmarès des maladies anxiogènes issu du baromètre.

Déformation de la réalité des risques sanitaires

Les Français ont raison de se méfier autant du paludisme et de la tourista. Le paludisme est en effet le risque infectieux le plus sérieux en voyage : si on peut le prévenir, grâce à des traitements préventifs et à une protection contre les moustiques, il reste une maladie grave, potentiellement mortelle. Environ 5300 cas de paludisme d’importation ont été déclarés en France métropolitaine en 2006 (source : institut de veille sanitaire).

Quant à la tourista, elle représente l’infection la plus fréquente en voyage, mais c’est le plus souvent une maladie bénigne, que l’on peut prévenir par des mesures d’hygiène simples.

Le palmarès révèle également la part importante de l’effet des media dans l’opinion des Français : on l’a vu récemment pour l’infection à virus chikungunya, et cela se produit aussi périodiquement pour la fièvre à virus Ebola qui représente un risque très faible pour le voyageur. On parle en revanche beaucoup moins des risques que constituent l’hépatite A, transmise par l’eau et l’alimentation, et les infections transmissibles par voie sexuelle, dont le sida ou l’hépatite B.

Top 5 des risques infectieux en voyage les plus anxiogènes pour les Français ( % total des réponses) : 1/ Paludisme (72%), 2/ Tourista (64%), 3/ Chikungunya (63%), 4/ Virus Ebola (46%) et 5/ Sida (44%)

Top 5 des risques infectieux en voyage selon l’Institut Pasteur (indicateur gravité/probabilité) : 1/ Paludisme, 2/ Hépatite A, 3/ Infections sexuellement transmissibles, 4/ Dengue et 5/ Tourista

Quoi de neuf docteur ? Les Français se méfient de la tourista... autant que du paludisme !
Des réflexes insuffisamment partagés

Si tout le monde reconnaît que voyager n’est pas anodin, près d’un Français sur deux estime pourtant que consulter un médecin avant son départ sur les précautions à prendre en voyage n’est pas indispensable. Ils seraient deux sur trois à ne pas contracter d’assurance auprès d’une compagnie d’assistance prenant en charge les problèmes de santé pouvant survenir pendant le séjour à l’étranger. Or, ce sont les deux premières mesures que recommandent les spécialistes de la médecine des voyages pour partir l’esprit tranquille.

On constate cependant que les Français ont de bons réflexes pour remplir leur trousse médicale : les médicaments habituels, les antiseptiques et pansements, ainsi que le traitement anti-douleurs et fièvres en constituent les éléments de base, comme le préconisent les médecins du Centre médical de l’Institut Pasteur. L’importance du traitement anti-paludique pour les séjours en zone impaludée semble elle aussi bien prise en compte.

En revanche, si la palette des vaccins jugés essentiels par les Français est large, l’importance relative qu’ils leur accordent révèle quelques surprises. Les spécialistes du Centre médical de l’Institut Pasteur s’étonnent en effet du faible intérêt suscité par le vaccin contre l’hépatite A (seulement 68% des Français le jugent essentiel), alors que parmi les maladies contre lesquelles il existe un vaccin, cette dernière est la plus fréquemment contractée par les voyageurs. Le vaccin contre la poliomyélite obtient également un faible « score » (62%), alors qu’il est inclus dans le calendrier vaccinal recommandé en France, avec celui de la diphtérie (69%) et du tétanos (DT Polio).

De manière rassurante, la vaccination contre le tétanos est pourtant, elle, jugée incontournable (90%). La grippe, en dernière position du classement (37%), semble elle aussi oubliée, alors qu’elle peut être particulièrement grave, notamment chez les personnes âgées : les voyages en avion ou les croisières en bateau sont en effet des circonstances très favorables à la transmission du virus grippal. Le vaccin contre la fièvre jaune, seul vaccin à caractère obligatoire pour certaines destinations, apparaît lui comme essentiel pour les trois quarts des personnes interrogées.

Dans l’ensemble, l’attitude des Français en matière de santé en voyage oscille donc entre sous-estimation et sur-précaution selon les sujets. Il est néanmoins encourageant de noter que ceux qui déclarent avoir déjà voyagé hors d’Europe et d’Amérique du Nord se montrent mieux informés et semblent cibler plus spécifiquement les risques sanitaires auxquels ils peuvent être exposés. Connaissance du terrain ne rime donc pas avec inconscience pour ces voyageurs.

Côté pratique

L’Institut Pasteur propose sur son site Internet www.pasteur.fr des conseils spécifiques à chaque destination. À travers son site dédié www.santevoyage.org, le grand public pourra également s’informer sur le paludisme, le sida, la dengue ou le chikungunya, et tester ses connaissances avant le départ, grâce à un test en ligne.

L’Institut Pasteur poursuit par ailleurs la distribution du « Compagnon de voyage », son guide de prévention santé du voyageur. Accompagné d’une pochette résistante, utile pour rassembler ses documents de voyage, ce guide offre aux globe-trotters tous les conseils pour voyager serein.

*Les interviews ont eu lieu par téléphone au domicile des personnes interrogées du 20 au 21 septembre 2007

Mardi 12 Juillet 2011 - 14:54
Rédaction (A.L)

Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com