Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 22 Août 2006 - 08:24

Passagers bloqués en Turquie : à qui la faute ?

Le TO Elégance accusé de ne pas avoir remis le chèque à la compagnie charter


Avec ses clients en souffrance dans les aéroports turcs ''Elégance'' a été la bien involontaire vedette médiatique du week-end dernier. La compagnie de charter turque Atlas Jet n’était pas au rendez-vous d’Izmir pour assurer le transport de ses clients. De là à penser que le voyagiste n’était plus solvable il y avait un pas que tout le monde a franchi. Seulement voilà, Erol Dil, co-gérant d’Elégance, affirme haut et fort que le chèque était parti en temps utile mais que la compagnie ne l’avait pas remis à l’encaissement. Bizarre, bizarre… Alors à qui la faute ?



Passagers bloqués en Turquie : à qui la faute ?
L’image de vacanciers livrés à eux-mêmes dans une aérogare, sans assistance et sans aucune source d’information sur un hypothétique rapatriement n’est pas du meilleur effet pour une profession qui fait valoir, à juste titre, son sens des responsabilités, sa fiabilité et son professionnalisme. Et ce n’est pas Rachid Temal, secrétaire général du Syndicat National des Agents de Voyages (SNAV) qui vous dira le contraire.

L’agence Élégance convoquée au Snav

Dès dimanche matin, il était sur le pont, contacté par les ministères des Affaires Étrangères et du Tourisme, assailli par les médias et cherchant vainement à joindre les responsables d’Élégance.

« Cette affaire est un cas isolé qui entache toute la profession. Nous ignorons encore le fond de l’affaire. La compagnie de charter qui a refusé d’assurer les rotations de dimanche dernier doit avoir ses raisons. Le SNAV a convoqué Erol Dil (co-gérant d’Elégance). Nous allons faire un point quotidien. Pour le moment, les rotations sont reculées de 24 heures. Nous sommes en train de trouver des solutions avec les principaux distributeurs de ce tour-opérateur ».

Un chèque en rade

De con côté, Erol Dil, qui adhère et au SNAV et à l’APS*, se justifie. « Dans le respect du contrat qui nous lie nous avons toujours payé à la compagnie Atlas Jet nos dix vols hebdomadaires. J’ai toujours eu avec cette compagnie un partenariat constructif. Je ne comprends son attitude et surtout son refus d’embarquer nos passagers de dimanche dernier.

La semaine dernière nous avons effectué un virement de 270 000 € et envoyé un chèque de la même somme soit un montant total de 510 000 € en règlement des affrètements de la semaine du 15 août et du week-end du 20 août. La semaine dernière nous avions également fait le point et confirmé avec l’accord de la direction générale de la compagnie notre programme jusqu’au 7 septembre 2006. La compagnie n’a pas remis notre chèque à l’encaissement comme si elle voulait arrêter de façon unilatérale et sans concertation tout partenariat avec nous. »

Il y a un hic

Pourquoi la compagnie n’a-t-elle pas remis le dernier chèque de 270 000 € à l’encaissement ? Pourquoi vendredi dernier, le 17 août, à 18h15, après les fermetures des bureaux en Turquie, aurait elle déclaré ne pouvoir assurer le transport des clients Elégance en raison d’un « différend » avant de finalement faire valoir une panne de moteur ?
Pourquoi a-t-elle fait la sourde oreille aux nombreux appels d’Erol Dil durant le week-end ? Pourquoi de son côté Erol Dil a-t-il envoyé ses clients à l’aéroport en sachant que la compagnie n’assurait pas le transport ?

Pourquoi enfin était-il lui-même aux abonnés absents pendant le week-end ?

« J'étais joignable pendant le week-end mais très occupé à avoir Atlas Jet en ligne. Du comptable au PDG qui était en vacances, j’ai cherché à les joindre. Jusqu’à dimanche en milieu de journée personne n’a répondu. Durant le week-end les médias ont donné des informations sans nous interroger et sans vérifier les faits. Les chiffres étaient inexacts. Ils annonçaient jusqu’à 700 touristes français alors qu’ils étaient 203.

Un million dans la nature

Distribué notamment par Lastminute.com et Promovacances, Erol Dil qui fut l’un des fondateurs de Mediades, un autre spécialiste de la Turquie, voit une certaine malveillance dans le déroulement des faits. « Nous ne bradons pas nos prix. Nous avons même édité sur la Turquie une brochure haut de gamme. Nous sommes en cela un TO qui dérange. Il y a quelque chose ou quelqu’un qui veut nous couler. »

Qu'en est-il des passagers en partance bloqués au T3 de Roissy ? « Nous les avons réuni à l’hôtel Ibis voisin pour leur expliquer la situation et leur remettre une attestation afin de se faire rembourser. Erol Dil attend lui aussi le remboursement d’un transport payé et non effectué. « Le règlement de mes distributeurs et le remboursement d’Atlas Jet représentent un somme globale de 1 M€ à récupérer ».

Le personnel du TO dont le siège est à Noisy-le-Grand dans la région parisienne se remet difficilement d’un week-end pas comme les autres. « J’ai appris la situation de nos clients par les journaux télévisés du week-end. Je ne comprends pas j’étais partie samedi après avoir émis les billets pour les prochains départs. A priori nous avions des emplois stables et pas de problème de trésorerie. La société était même en train d’embaucher » déclarait hier matin matin une employée. « L’argent était bien parti. J’avais moi-même fait les démarches du Swift » déclarait un autre membre du personnel.

A suivre.

*APS : (Association professionnelle de Solidarité du Tourisme). Organisme qui privilégie au titre de la garantie, la fourniture de services de substitution en cas de défaillance financière caractérisée d'un de ses adhérents.

165 passagers de retour à Roissy

Lastminute, un des sites internet auprès desquels les touristes français avaient réservé leur voyage, a affrété un avion au départ d'Izmir. 165 personnes bloquées en Turquie sont ainsi arrivées hier soir à Roissy. Les autres passagers devraient revenir en France mardi.

Mardi 22 Août 2006 - 08:50
Michèle Sani - redaction@tourmag.com


News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com