Loading




tourmagazine.fr



Notez
Vendredi 13 Novembre 2009 - 17:03

On a testé pour vous... la classe éco d’EgyptAir


Défaillances techniques, mauvais entretien de sa flotte, la compagnie publique égyptienne, EgyptAir, a été épinglée par la Commission européenne en juillet 2009. La rédaction de TourMagazine.fr l’a testé pour vous. Impressions.



La classe éco n'a rien d'original / Photo : C. Ex.
La classe éco n'a rien d'original / Photo : C. Ex.
Le rapport est clair : "Les nombreuses carences en matière de sécurité d’EgyptAir sont avérées.

Elles ont été constatées au cours des 75 inspections au sol menées depuis janvier 2008 principalement par l’Autriche, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et l’Espagne, ainsi que d’autres États de la CEAC, au titre du programme SAFA. La récurrence de ces constats (au total 240 dont 91 de catégorie 2 et 69 de catégorie 3) est préoccupante car elle traduit des insuffisances systémiques en matière de sécurité".

C'est l'Union européenne qui l'a écrit dans son dernier rapport sur les transporteurs aériens, daté de juillet 2009. Autrement dit sa liste noire.

Pourtant EgyptAir ne figure pas sur cette fameuse liste noire. L'Europe a enjoint la compagnie à remédier à ses carences et la soumet à des contrôles mensuels.


Pas une hôtesse ou un steward ne parle français

La compagnie décolle du Terminal 1 de Roissy-Charles-de-Gaulle / Photo : C.Ex.
La compagnie décolle du Terminal 1 de Roissy-Charles-de-Gaulle / Photo : C.Ex.
Il fallait vérifier en client critique la qualité des services de la compagnie. Décollage de Paris Charles-de-Gaulle à 15h10, pour une arrivée au Caire à 20h40, heure locale.

Embarquement immédiat dans l’A330-200 d’EgyptAir.

Première surprise, plutôt agréable : après les instructions de sécurité en arabe, leur diffusion en français. Un point positif pour tous ceux qui ne maîtrisent pas la langue de leur destination. La confiance s’installe, l’avion décolle pour quatre heures de vol.

La climatisation tourne à fond, il est temps de demander une couverture. Pas de souci, le personnel en distribue sur demande.

En revanche, les non anglophones devront tenter la langue des signes. Pas une hôtesse ou un steward ne parle français, seuls certains bafouillent quelques mots. Les plus inquiets ont le visage qui se ferme.

Les sièges sont standards. Rien d’original : le confort est égal à une classe éco de toute autre compagnie aérienne traditionnelle.


Rester vigilant

Surprise ; le plateau repas est plutôt correct / Photo : C.Ex.
Surprise ; le plateau repas est plutôt correct / Photo : C.Ex.
Tout comme l’animation : les écrans diffusent une comédie américaine, sans grand intérêt. Côté décoration, l’ambiance est soft, aux couleurs de la compagnie bleu et blanc.

Vient alors le temps du repas, le moment critique pour toutes les fines bouches. "Chicken ou Beef ?" Ce sera poulet. Et là encore, petite surprise : le plateau est plutôt correct, les plats mangeables. "On a vu pire", "le dessert est même goutu", confient certains passagers.

Seul bémol : le service est restreint. Il faut se déplacer ou quémander pour obtenir un café ou un verre d’eau en dehors du repas. Pourtant avec quatre heures de vol et un climatisation à fond, boire est important.

Résultat : on accepte de voler sur cette compagnie. Mais il faut tout de même surveiller les avis des passagers avant de décoller pour s’informer de l’évolution de la qualité.

Côté sécurité, il est difficile de savoir. Tant que l'Union européenne n’inscrit pas EgyptAir sur la liste noire des compagnies aériennes, il n'y a rien à craindre. EN THEORIE. On peut tout de même rester vigilant. L'Europe devrait se prononcer définitivement sur le cas d'EgyptAir au cours du mois de novembre 2009.



Mardi 1 Décembre 2009 - 14:04
C. Ex.


Compagnies aériennes | Train






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com