Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mercredi 25 Janvier 2006 - 09:33

OMT : le tourisme international augmente de 5,5%

808 millions d'arrivées en 2005


En 2005, malgré les divers événements tragiques auxquels le tourisme international a dû faire face, sa nette reprise, commencée en 2004, s'est poursuivie, selon un communiqué de presse de l'Organisation mondiale du tourisme. D'après les résultats préliminaires qu'a présentés l'OMT, le nombre d'arrivées de touristes internationaux enregistrées dans l'ensemble du monde a augmenté l'an dernier de 5,5 % et dépassé pour la première fois les huit cents millions.



OMT : le tourisme international augmente de 5,5%
"Bien que 2005 ait été, sans conteste, une année agitée, le tourisme international s'est étonnamment bien comporté. "En dépit de plusieurs attentats terroristes et catastrophes naturelles, avec les conséquences du tsunami de l'océan Indien et une saison de forts ouragans extraordinairement longue, le redressement, amorcé en 2004, s'est affirmé tout au long de l'année 2005." explique l'OMT sur son site Internet.

"À l'échelon local, les perturbations subies ont assurément laissé des traces à court terme mais elles n'ont pas fondamentalement modifié les flux mondiaux ou régionaux.

Des données détaillées que le numéro de janvier du Baromètre OMT du tourisme mondial fournit pour un grand nombre de destinations il ressort que le nombre d'arrivées de touristes internationaux en 2005 est estimé à 808 millions, ce qui non seulement correspond à une progression de 5,5 % par rapport aux 766 millions d'arrivées enregistrées en 2004, mais aussi consolide la croissance exceptionnelle de 10 % de 2004.

Même si son rythme a été plus tempéré, cette croissance dépasse encore de 1,5 point le taux annuel moyen de 4,1 % sur le long terme."

« Ces dernières années, le secteur du tourisme a gagné considérablement en résistance. Malgré les turbulences du monde dans lequel nous vivons, les destinations ont globalement enregistré quelque cent millions d'arrivées internationales de plus entre 2002 et 2005 », a observé le Secrétaire général de l'OMT, Francesco Frangialli.

Résultats par région

En 2005, l'Afrique vient en tête avec une croissance estimée à 10 %. Celle-ci a été plus forte en Afrique subsaharienne (+ 13 %) avec des résultats particulièrement bons au Kenya (+ 26 % de janvier à octobre par comparaison à la même période de l'année précédente, après l'activité déjà très bonne de 2004) et au Mozambique (+ 37 % de janvier à septembre). L'Afrique du Sud (+ 11 % de janvier à août) et les destinations insulaires des Seychelles (+ 7 %) et de Maurice (+ 6 %) améliorent toutes trois les résultats de 2004. En Afrique du Nord, la croissance se maintient mais à un rythme plus modéré, la Tunisie enregistrant une progression de 8 % entre janvier et novembre et le Maroc, de 5 % pour l'ensemble de l'année.

En Asie et dans le Pacifique, la croissance atteint en moyenne 7 %, alors qu'en 2004, après la crise du SRAS, l'activité y était repartie de façon exceptionnelle (+ 27 %). L'Asie du Nord-Est (+ 10 %) apparaît comme la sous-région la plus dynamique, les meilleurs résultats étant ceux de Taiwan (prov. de Chine) (+ 15 % de janvier à octobre), de la Chine (+ 13 % de janvier à novembre) et du Japon (+ 9 % également de janvier à novembre).

En Asie du Sud-Est (+ 4 %), en Océanie (+ 4 %) et en Asie du Sud (+ 4 %), les résultats sont en général plus modestes et surtout assez inégaux. Certains pays ont néanmoins pu communiquer des chiffres remarquables : le Cambodge (+ 35 % de janvier à novembre), la République démocratique populaire lao (+ 27 % de janvier à septembre), le Viet Nam (+ 18 %), les Philippines (+ 14 % de janvier à octobre) et l'Inde (+ 13 %). Parmi les pays victimes de la tragédie du tsunami de décembre 2004, les Maldives déclarent une chute de 39 % jusqu'en novembre mais les pertes sont moindres ces derniers mois.

En Indonésie, les arrivées ont diminué de près de 9 %, l'activité du secteur y ayant aussi souffert des attentats à la bombe de Bali au mois d'octobre. Le Sri Lanka ne signale qu'un léger recul de 0,4 % ; il se peut cependant que ce résultat soit dû en partie aux nombreux Sri Lankais vivant à l'étranger qui se sont rendus dans leur pays à la suite du tsunami et à l'affluence des humanitaires. S'agissant de la Thaïlande, bien que dans l'ensemble les données jusqu'en juin soient en recul de 6 %, les arrivées à l'aéroport de Bangkok enregistrent une augmentation de 4 % jusqu'à la fin octobre.

Amérique du Nord : + 4 %

Dans les Amériques, la croissance atteint 6 % avec l'Amérique du Nord (+ 4 %) et les Caraïbes (+ 5 %) légèrement au-dessous de la moyenne régionale. Parmi les grandes destinations, les États-Unis (+ 8 % de janvier à septembre) continuent à connaître la reprise qui avait commencé en 2004, tandis que le Mexique (+ 8 % de janvier à novembre) et Cuba (+ 13 % de janvier à novembre) enregistrent encore des progressions supérieures à la moyenne, bien qu'ayant subi les conséquences des ouragans dévastateurs de l'an dernier.

Par ailleurs, les destinations de l'Amérique centrale (+ 14 %) et de l'Amérique du Sud (+ 13 %) ont derrière elles une année très positive. Les meilleurs résultats ont été communiqués par le Venezuela (+ 23 %) et par la Colombie (+ 22 %), tandis que l'Argentine, le Brésil, le Chili, le Paraguay, le Pérou, le Costa Rica, El Salvador, le Guatemala, le Honduras et le Nicaragua enregistrent ou sont en passe d'enregistrer des taux de croissance se situant entre 10 et 20 %.

Après ses excellents résultats des deux années précédentes, le Moyen-Orient semble être entré dans une phase de croissance plus modérée, estimée à 7 % pour 2005. L'Égypte (+6 %), Dubaï (Émirats arabes unis) (+ 7 % de janvier à septembre), et la Jordanie (+ 5 % de janvier à novembre) ont une performance conforme à la moyenne régionale, tandis que Bahreïn (+ 11 % de janvier à septembre), l'Arabie saoudite (+ 21 % de janvier à juin), et la Palestine (+ 45 % – à partir d'une activité très faible – de janvier à septembre) sont en voie de la dépasser. Toutefois , comparativement aux autres régions, les données sont plutôt limitées et le tableau pourrait certainement encore changer.

L'Europe enregistre une croissance relativement modeste de 4 %, qui dépasse pourtant d'un point la tendance à long terme de la région. Ce résultat peut être jugé très encourageant, vu la situation économique assez atone de certains de ses grands marchés émetteurs de tourisme intrarégional. En outre, l'Europe ayant déjà une très grosse base de plus de 400 millions d'arrivées, en valeur absolue elle enregistre la progression la plus importante avec quelque 18 millions d'arrivées. La croissance est la plus forte en Europe du Nord (+ 7 %), entraînée par le Royaume-Uni (+ 10 % de janvier à novembre) où, apparemment, les attentats à la bombe de Londres n'ont pas beaucoup affecté le tourisme. En Europe du Sud et méditerranéenne, les arrivées de touristes internationaux augmentent de 6 %.

Dans cette sous-région, la Turquie est le pays phare avec une progression de 20 %, les arrivées, en hausse de 3,4 millions, y dépassant la barre des 20 millions. De surcroît, l'Espagne (+ 6 %), la Croatie (+ 7 % de janvier à novembre), Israël (+ 26 % de janvier à octobre) et la Serbie-et-Monténégro (+ 27 % de janvier à octobre) enregistrent aussi des résultats respectables. L'Europe occidentale et l'Europe centrale et orientale progressent respectivement de 2 et 4 %. En Europe centrale et orientale, ce sont les pays baltes – Lettonie (+ 20 %), Lituanie (+ 15 % de janvier à septembre) et Estonie (+ 7 % de janvier à novembre) – qui se distinguent, tandis qu'en Europe occidentale, les meilleurs résultats viennent d'Allemagne (+ 6 % de janvier à novembre) et de Suisse (+ 6 % de janvier à novembre).

Perspectives pour 2006

Le ralentissement progressif actuel de la croissance devrait se poursuivre en 2006. En coopération avec la Fundación Premio Arce de l'Universidad Politécnica de Madrid, l'OMT a fait une prévision à court terme selon laquelle pour le monde entier, en 2006, les arrivées de touristes internationaux progresseraient entre 4 et 5 %. Il est pronostiqué une croissance inférieure d'environ un point à celle de 2005 mais dépassant encore un peu la projection du taux annuel à long terme qui est de 4,1 %. À l'appui de cette prévision, il y a la bonne forme persistante de l'économie dans la plupart des régions du monde et l'amélioration des perspectives des économies de la zone euro, en particulier de son marché émetteur le plus important, l'Allemagne.

Trois grandes incertitudes demeurent pour 2006. Premièrement, le terrorisme continuera vraisemblablement d'être présent. Toutefois, l'expérience prouve que récemment, ses répercussions sont assez limitées et de courte durée. Les voyageurs en général ont assumé le risque et n'ont pas été découragés par les menaces externes. Deuxièmement, la hausse des prix de l'énergie et l'augmentation des taux d'inflation et d'intérêt pourraient finir par modifier le scénario économique.

Jusqu'à présent, elles n'ont pas vraiment fait problème car elles ont principalement été la traduction d'une croissance économique forte et de la demande correspondante d'énergie. Si ce phénomène se maintenait et avait des effets sur la croissance économique de l'Asie, l'activité touristique pourrait commencer à s'en ressentir.

Troisièmement, la poursuite de la propagation de la grippe aviaire risque de constituer une grave menace pour le secteur touristique. Le monde vit avec la grippe aviaire depuis plusieurs années. À l'heure actuelle, cette grippe est limitée aux oiseaux et à des cas isolés d'êtres humains vivant en contact très étroit avec des volailles infectées. Jusqu'à présent, il n'a pas été détecté de transmission du virus d'homme à homme et il est difficile de dire si la mutation se produira, quand et où.

Pour le moment, il n'y a aucune raison de changer les projets de voyage à condition de respecter les recommandations émises par les autorités sanitaires et vétérinaires nationales et locales. D'après M. Frangialli, « la panique est toujours mauvaise conseillère. Ce qui est en notre pouvoir, c'est de surveiller de près la situation et de se préparer à l'éventualité de la mutation. Malgré les incertitudes actuelles, je suis sûr que le tourisme mondial et tous ses acteurs tiendront le coup au mieux si l'événement se produit. »

Internet : www.world-tourism.org
Source Organisation mondiale du Tourisme

Jeudi 26 Janvier 2006 - 09:42
Rédaction (A.L) - redaction@tourmag.com

News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com