Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 29 Juin 2010 - 11:47

Low cost : au final, à combien vous revient votre billet d'avion ?


10, 20 ou 50 euros le vol, leurs prix sont imbattables. Pourtant les compagnies aériennes low cost ne sont pas toujours un bon plan. Frais de gestion, bagages en soute, repas, la facture peut rapidement grimper. Tour d'horizon des options payantes pour éviter les pièges.



Low cost : au final, à combien vous revient votre billet d'avion ?
Des prix imbattables mais une devise claire : "La gratuité n'existe pas".

Les compagnies aériennes low cost donnent le ton : leurs passagers paient seulement 10, 20 ou 50 euros leur billet d'avion mais s'ils veulent plus que le simple vol, ils doivent sortir de nouveau la carte bleue.

Et dans certains cas, la facture peut rapidement se rallonger. Frais de gestion, bagage en soute, repas... tout est payant de quelques euros à plusieurs dizaines d'euros.

De la réservation au vol, voici un tour d'horizon de toutes les astuces pour savoir ce qui est payant. Ou pas.

A la réservation : une multitude de frais obligatoires

Pas d'échappatoire, à la réservation, de multiples frais viennent s'ajoutent au prix du vol sec. Ils sont obligatoires.

Chez Ryanair, ce sont les frais d'enregistrement en ligne et les frais de paiement qui viennent alourdir la facture. Comptez 5 euros pour les premiers et 5 euros par passager et par vol pour les seconds. Les frais de réservations ne sont que de 4 euros pour les billets achetés sur easyJet.com.

Seule solution pour y échapper : payer avec une carte bancaire Visa électron et Carte Bleue. En les utilisant, les réservations deviennent gratuites. Mais uniquement sur les transactions nationales pour les clients d'easyJet. Pour ceux de Ryanair, c'est plus compliqué, l'offre est valable qu'à certaines périodes de l'année.

Outre les frais de dossiers, il y a les éternelles taxes d'aéroports. Dans la plupart des cas, elles doublent le prix du voyage. Mais elles sont, elles aussi, obligatoires.

Et seule une réduction de la part de la compagnie permet d'y échapper. Le conseil : suivre l'actualité promotionnelle.

Bagages : la soute se paie

Avec les low cost, il est préférable de voyager léger. Sinon, il faut payer davantage. Pour la plupart des compagnies, seuls les bagages cabine ne sont pas facturés.

Mais même pour ce type de bagages, des conditions existent.

"Le sac à main ou l’ordinateur portable comptent comme une pièce de bagage à main à part entière et de ce fait aucun autre bagage ne sera accepté en cabine", assure easyJet sur son site Internet. Mieux vaut donc en être informé.

Pour emmener plus d'affaires, seule solution : régler des frais supplémentaires. Ils vont de 6 euros chez Germanwings à 22 euros pour esayJet, en passant par 15 euros chez Ryanair.

Si vous les payez en même temps que vos billets, vous limitez les dégâts. Sinon, il faudra ajouter un supplément de quelques euros au double du prix initial en cas de règlement à l'aéroport. Prenez garde et calculez bien.

Pour éviter les frais, optez alors pour les bagages cabines. Sachez que leur poids est, généralement, limité à 10 kg par personne. Ce qui suffit pour une escapade d'un week-end. Mais pas plus.

Les encas gratuits n'existent pas

Les compagnies à bas prix sont claires sur ce point : les repas ou encas offerts pendant le vol n'existent pas sur leurs liaisons.

La raison invoquée par easyJet : "Les repas gratuits ajoutent des frais au montant du billet. Nous pensons que nos passagers préfèrent se passer d'un plateau de repas en plastique et économiser sur le prix de leur billet".

Aussi, les prix pratiqués à bord sont très variables. Atlas Blue prétend proposer à ses voyageurs "une sélection de sandwiches, snacks et boissons à prix raisonnables". Mais la compagnie aérienne marocaine a tout de même mis en place des encas gratuits sur sa liaison Paris-Marrakech.

Germanwings présente une carte avec plusieurs formules dont le café-croissant à 3,80 euros. Les autres compagnies sont sur le même créneau.

Même les modifications de réservation se règlent

Pas de changements sans frais. Quelle que soit la compagnie low cost, toutes demandent à leurs clients de régler des frais supplémentaires en cas de modification de réservation ou de changement de nom du passager.

Les voyageurs sur Atlas Blue doivent s’acquitter d’une surcharge de 50 euros par passager. Chez Ryanair, il faut compter 35 euros pour une simple modification d'horaire ou de date et 100 euros pour le nom. Les frais sont moindre chez Germanwings, 26 euros et 35 euros.

Mais à chaque fois, les clients doivent aussi régler la différence entre le tarif de celui initialement prévu et le nouveau, si la différence existe.

Le conseil : avant de réserver, planifiez bien votre voyage.

Au total, comptez 50 % de plus

Avec toutes ces options payantes, la facture grimpe, grimpe. En moyenne, il faut compter plus de 50 % par rapport aux prix des billets secs.

Exemple : en prenant un vol A/R chez esayJet, de Marseille à Londres, les billets reviennent à 64 euros. En ajoutant un bagage en soute et une assurance. Sans oublier les frais de traitement. Le total atteint finalement les 101 euros. Soit 56 % d'augmentation.

Alors méfiez vous et n'hésitez pas - au moment de votre réservation en ligne - à décocher les bagages et autres assurances, si vous n'en avez pas besoin. Car les cases sont cochées automatiquement.

Autre bonne nouvelle : ces petites options payantes débarquent chez les compagnies traditionnelles. Elles représentent un gain bien trop important pour être négligées !


Mardi 29 Juin 2010 - 11:47
La rédaction (C. Ex.)


Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com