Vendredi 24 Octobre


Loading




tourmagazine.fr

Notez
Mardi 18 Janvier 2011 - 13:59

Les Pyrénées-Atlantiques : un peu d’histoire... basque


Un petit monde entre ciel et mer. Maisons de chaux blanche croisillonnées de rouge s’accrochant à des collines verdoyantes, vues plongeantes sur l’océan proche et les cimes escarpées des Pyrénées, le Pays basque est toujours cette carte postale dont Luis Mariano chantait les beautés. Le voyageur n’a que l’embarras de choisir entre l’ambiance montagnarde des villages perchés ou les stations de bord de mer aux longues plages ourlées de vagues joyeuses.



Le sommet de la Rhune - DR
Le sommet de la Rhune - DR
Naissance et création d’un royaume

Quinze mille ans avant notre ère, l'Homo sapiens laisse peintures et sculptures dans la région, dans les grottes d'Isturitz et d'Oxocelhaya.

À l'âge du fer, les locaux entrent en contact avec les Celtes qui les repoussent vers les montagnes tout en leur apprenant l'usage du métal. Ceci explique sans doute les cromlechs qu'on peut observer autour de la Rhune.

Les Romains trouvent sur place un peuple bien établi dont la langue s'étend dans les provinces d'Aquitaine et perdurera malgré la défaite.

La région fut ensuite occupée par les Wisigoths puis les Francs. En 670, est fondé le duché d'Aquitaine qui s'étend jusqu'à la Loire au nord et fut défié par Pépin le Bref, proclamé roi en 751, suivi par son fils Charlemagne. C’est au retour du siège de Saragosse devant contenir les musulmans, en 778, que son arrière-garde commandée par Roland est écrasée par les montagnards basques.

Autour de l'an 1000, les Basques unis créent un État souverain, le Royaume de Pampelune qui deviendra vers le milieu du XIIe siècle le Royaume de Navarre. De 824 à 1234, 16 rois s'y succèderont. Sanche III Garcès le Grand (1000-1035) crée en1023 le vicomté du Labourd à Bayonne (appelée alors Lapurdum, et qui donne son nom à la province). Des guerres fratricides provoquent ensuite le déclin du royaume qui ne retrouve un semblant d'unité que pour combattre les musulmans.


Rattachement progressif à la France

En 1137, les provinces de la Soule et du Labourd, en suivant Aliénor d'Aquitaine, deviennent françaises lord de son mariage avec Louis VII, puis anglaise après son remariage avec Henri Plantagenêt.

La Basse Navarre rejoint la France quand le futur Henri IV, ayant hérité de la couronne de sa mère, Jeanne d'Albret devient « roi de France et de Navarre » en 1581. Louis XIII entérinera définitivement cette situation en promulguant en 1620 l'Edit d'Union.

La tour Sault, construite dès le 12e s. par le Vicomte de Labourd - DR
La tour Sault, construite dès le 12e s. par le Vicomte de Labourd - DR
Les Fueros, un particularisme local jusqu’à la Révolution

Jusqu’à la Révolution, les rois successifs qui régnèrent sur le pays basque s’engageaient à respecter des « constitutions » locales, les fueros, qui accordaient aux habitants des libertés particulières. Ces traités étaient signés à Guernica, qui devint ainsi la ville symbole de l’indépendance basque.

Les fueros accordaient aux Basques, entre autres, le désengagement de l’impôt en quasi-totalité, l’exemption du service militaire pour la couronne, des facilités douanières, et un droit de désobéissance aux décrets royaux si les assemblées forales les jugeaient contraire à leur intérêt.

La centralisation accentuée des États français et espagnols déchire le Pays Basque au travers des guerres de religions. Des révoltes de paysans sont lourdement écrasées par les armées régulières, et les libertés locales diminuent peu à peu jusqu’à la Révolution qui les efface dans son élan.

C’est la suppression de l'autonomie de la Soule et du Labourd, l'annexion définitive de la Basse-Navarre et la création du département des Basses-Pyrénées - aujourd'hui Pyrénées-Atlantiques - englobant le Béarn et le Labourd.


Naissance du mouvement indépendantiste

Dès le XIXe siècle, certains définissent la nation basque par des critères scientifiques : terre, ethnie, langue, institutions, volonté, histoire, démocratie... Sabino Arana Goiri (1865-1903) est le fondateur du parti nationaliste basque en 1898. Il crée le néologisme "Euskadi" et défend l'idée d'un Pays basque unifié indépendant.

Devant la menace de ce nationalisme régional, l'Etat français se rapproche de l'Espagne et manifeste son opposition aux revendications ethniques, portées en Espagne par l’ETA et en France par l'organisation Iparretarrak.

Le mouvement Enbata reprend l'idée d'un département du Pays Basque, accompagné d'un statut de la langue et de la culture basques, projet qui sera inscrit par le candidat François Mitterrand dans ses 110 propositions mais abandonné ensuite.

Mardi 18 Janvier 2011 - 13:59
Aline Pontallier

Le Guide Pyrénées-Atlantiques





RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com