La Norvège, sept mondes à découvrir




Credits: Terje Rakke / Nordic Life / Fjord Norway
Credits: Terje Rakke / Nordic Life / Fjord Norway
Pour de nombreux étymologistes, le nom Norvège signifie « le chemin du nord ». Mais certains font remonter son origine au mot Same « le long de la côte ». Ces deux formules se complètent pour refléter parfaitement la situation géographique du pays. Située dans la péninsule scandinave, la Norvège est bordée par la Suède mais possède également des frontières communes avec la Russie et la Finlande. C’est une longue bande de terre de 2532 km qui s’étend au bord de l’Océan Atlantique, dont la largeur varie entre 6 et 432 kms. Son littoral, découpé par les fjords, s’étire sur près de 25 148 km. Pays de montagnes, la Norvège est justement célèbre pour ses nombreux fjords, ces anciennes vallées glaciaires où l’eau douce des neiges se mélange à l’eau de la mer. Il en résulte une faune et une flore unique au monde. Le fjord le plus long est celui de Sognefjord, qui pénètre à 204 km à l’intérieur des terres. Le pays compte 4,8 millions d’habitants, répartis sur 385 155 km² soit une densité de population de 16 habitants par km², la plus faible d’Europe après l’Islande.

La Norvège du sud : destination soleil

Credits: Matti Bernitz/Innovation Norway
Credits: Matti Bernitz/Innovation Norway
La région du Sørlandet est réputée pour être la plus ensoleillée du pays, l’équivalent norvégien de notre Côte d’Azur. La majorité des norvégiens se rendent chaque été dans les cités portuaires de Risør, Tvedestrand ou Mandal dont les maisons blanches se détachent sur le bleu de la mer. Ces villes portent encore les traces de leur ancienne prospérité maritime, du début du 20e siècle, à l’image de Kristiansand, chef lieu de la Norvège du sud, qui est resté un port très important.

Enfonçons-nous maintenant à l’intérieur des terres, à quelques dizaines de kilomètres du littoral. L’arrière-pays est une région qui a su rester authentique et préserver ses coutumes. Dans ses vallons se nichent des églises en bois debout, trésors du Moyen-âge ainsi que des musées d’art et de traditions populaires. Pour les amateurs de randonnée, de canoë et d’escalade, les grandes forêts parsemées de lacs offrent un terrain de jeu idéal. Ceux qui préfèrent dévaler les sommets enneigés se retrouveront au village de Morgedal, le berceau du ski qui serait né en Norvège. Il est également possible de naviguer au cœur du Sørlandet sur le canal du comté de Telemark. Il s’étire sur 105 km entre les villes de Skien et Dalen. Avec ses 18 écluses, il a été qualifié huitième merveille du monde par les européens présents lors de son inauguration en 1892.

Le sud de la Norvège est aussi une terre d’histoire et de culture. Il suffit de visiter la ville fortifiée de Fredrikstad, l’une des mieux conservées du pays, pour se plonger en plein XVIe siècle. Lyngør a été élu village le mieux préservé d’Europe. Sans oublier la ville d’Arendal, la plus vieille du Sørlandet, autrefois surnommée la Venise du nord. La région est également réputée pour ses nombreuses animations estivales, comme le festival de blues de Notodden ou celui des bateaux en bois de Risør.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site
http://www.visitnorway.com/fr/Stories/Norway/La-Norvege-du-Sud/

La Norvège de l’est : Oslo, une capitale très nature

Credits: Terje Rakke/Nordic Life AS/Innovation Norway
Credits: Terje Rakke/Nordic Life AS/Innovation Norway
La Norvège de l’est est une région sauvage, célèbre pour ses hauts plateaux, ses sommets les plus élevés d’Europe du nord et ses parcs naturels. Ici bien sûr la randonnée est reine. Des centaines de sentiers balisés, ponctués de refuges et de sites pour planter sa tente, guident le voyageur à travers la forêt. Dans le parc national de Jotunheimen, on peut apercevoir des traces de loups ou observer des élans. Ce parc compte près de 20 sommets à plus de 2000 mètres d’altitude, idéal pour les amateurs d’alpinisme. Les randonnées sur la crête de Besseggen sont également très prisées pour la vue panoramique qu’ils offrent sur les sommets alentours. Sensations fortes également lors d’une sortie rafting sur la rivière Sjoa. L’occasion d’admirer le paysage sous un angle insolite et de découvrir les constructions en bois des castors. A l’entrée de la vallée de Gudbrandsdalen se trouve la cité olympique de Lillehammer. Station de ski, c’est aussi le point de départ de superbes randonnées thématiques à travers la région.

La nature est également très présente dans les villes de l’est de la Norvège. Les espaces de verdure s’intègrent naturellement au cœur des centres urbains qui sont en symbiose parfaite avec leur environnement. Les cités du bord du lac Mjøsa en sont une parfaite illustration. La capitale du pays, Oslo, est aussi un bon élève du développement durable. Installée au bord du « Oslofjord », entourée de collines et de vastes forêts, c’est le symbole même de l’osmose entre nature et culture. Cité à taille humaine, on peut la découvrir à pieds. Culturellement très développée, elle possède notamment un musée qui expose les trois seuls bateaux vikings du pays retrouvés presque complets. Mais la nature n’est jamais bien loin. Au cœur du centre, le parc Vigeland est le plus grand parc de sculptures au monde. Un seul artiste a réalisé ses 200 sculptures en bronze. La capitale ne doit pas faire oublier les autres trésors urbains de la région. A la frontière suédoise, la cité de Halden possède une forteresse du XVIIe siècle. Des monuments à visiter absolument lors d’un séjour en Norvège.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site
http://www.visitnorway.com/fr/Stories/Norway/La-Norvege-de-lEst/

la Norvège de l’ouest : la Norvège des fjords

Credits: Per Eide / Innovation Norway
Credits: Per Eide / Innovation Norway
Les fjords norvégiens peuvent sans rougir concourir au titre de plus beau paysage naturel du monde. Symbole du pays, ils sont souvent le point d’orgue d’un séjour en Norvège. Chaque année, des millions de touristes parcourent ces anciennes vallées glaciaires, ouvertes sur la mer, qui peuvent pénétrer jusqu’à 200 km à l’intérieur des terres. Certains fjords, comme celui de Nærøyfjord et de Geirangerfjord, sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Sur les bords escarpés de leurs falaises, l’eau fondue des glaciers tombe en cascades dans les gorges. Les plus hautes chutes se trouvent dans le Geirangerfjord, et le Sognefjord. Cet écosystème unique a permis le développement d’une faune et d’une flore exceptionnelle. Des dauphins mais aussi des phoques, habituellement animaux marins, viennent parfois nager dans cette eau mi-douce, mi-salée des fjords. Ces paysages grandioses sont accessibles par des routes si impressionnantes, que certaines font partie du projet « route national touristique ». Mais la meilleure façon de découvrir ces merveilles naturelles, ce sont les croisières. Plusieurs compagnies proposent des circuits d’une demi-journée ou d’une journée entière sur ces flots glacés. Des sorties guidées sur les glaciers permettent également de comprendre en profondeur le passé géologique de la région. Enfin, ce territoire est bien évidemment très propice aux randonnées. Dans le Nordfjord la vallée de Jostedalen et le Sunnfjord, des sentiers balisés et variés emmènent les voyageurs à travers des paysages incroyables.

Ces fjords sont de véritables ports naturels, qui ont depuis toujours accueilli les hommes et leurs activités maritimes. Bergen, ancienne ville hanséatique, est de nos jours le deuxième port norvégien. Ses façades hanséatiques, parfaitement préservées, lui ont valu d’être classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un peu plus au sud, Stavanger abrite le plus grand quartier d’habitations en bois d’Europe du nord, datant du XVIIe siècle. Il a été miraculeusement préservé des incendies. Quant à Molde, plus au nord, elle est surnommée la ville des roses, et accueille chaque année un festival international de jazz renommé. Enfin le long de la côte, les cités de Kristiansund et Ålesund sont l’occasion d’une étape gastronomique pour déguster les spécialités culinaires nationales : le stockfish (morue séchée) et le hareng.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site
http://www.visitnorway.com/fr/Stories/Norway/La-Norvege-de-lOuest/

La Norvège du Centre : la Scandinavie authentique

Credits: Terje Rakke/Nordic life/Innovation Norway
Credits: Terje Rakke/Nordic life/Innovation Norway
La région du Trøndelag, au centre du pays, est une destination historique et culturelle, berceau du tourisme en Norvège. Dès le XIXe siècle, les lords anglais venaient y pêcher le saumon dans les célèbres rivières Namsen et Gaula. Depuis cette époque, sa réputation d’authenticité perdure. On peut encore taquiner le saumon qui pullule dans les rivières d’eau pure et glacée. Dans la forêt de Bymarka un vaste réseau de sentiers permet aux randonneurs de découvrir la faune et la flore locale, notamment le bœuf musqué. Mais c’est dans le parc national de Dovre que l’on aura les meilleures chances de débusquer cette sorte de bison.

Le Trøndelag possède également la première capitale du pays : Trondheim, fondée en 997. Elle abrite la cathédrale de Nidaros, ou est inhumé Saint Olaf, le premier roi chrétien du pays. Au Moyen-âge, la cité était un important lieu de pèlerinage, l’équivalent actuel de Saint Jacques de Compostelle. De nos jours, les sentiers autrefois utilisés par les pèlerins ont été restaurés pour accueillir les voyages spirituels modernes. Mais Trondheim a su se tourner vers le futur, et accueille désormais la première communauté universitaire du pays. A Røros au contraire, le temps semble avoir suspendu son cours. Ancienne ville minière, elle est classée par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité en tant que témoignage vivant de l’histoire minière. Ceux qui sont en voiture pourront emprunter la route Den Gyldne Omvei, également appelée « la route dorée ». L’occasion de découvrir une vingtaine de petites entreprises familiales qui sont consacrées à l’art, la sculpture ou la céramique, et aux produits de la ferme, ainsi que de superbes points de vue.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site
http://www.visitnorway.com/fr/Stories/Norway/La-Norvege-du-Centre/

La Norvège du nord : l’expérience Arctique

Credits: C.H./Innovation Norway
Credits: C.H./Innovation Norway
Deux images viennent à l’esprit lorsque l’on parle des régions arctiques : les aurores boréales et le soleil de minuit. Les premières apparaissent entre octobre et mars, lors de nuits claires et très froides. Les vents solaires provoquent alors de fortes décharges électriques et projettent des particules dans l’atmosphère. Le ciel se remplit alors de lumières allant du bleu sombre au rouge en passant par le vert. Quant au soleil de minuit, il se produit au nord du cercle polaire, entre l’équinoxe de printemps et celui d’automne. Une ambiance particulière règne à cette époque parmi les habitants, sorte d’euphorie provoquée par une lumière continuelle. Tous ces phénomènes peuvent s’observer dans les trois régions du nord de la Norvège, situées au dessus du cercle Polaire.

Le Nordland est la première région sur le chemin du grand nord. Fouillis d’îles, de hautes montagnes, de plages de sable blanc aux falaises abruptes, de vallées verdoyantes et d’imposants glaciers ; la palette de ses paysages est infinie. Mais cette région est surtout célèbre pour ses îles, entre autre l’archipel des Lofoten. La lumière particulière de cet archipel a depuis toujours séduit de nombreux artistes. L’été, grâce à un micro climat particulièrement doux, on peut y faire du kayak, de la randonnée, ou de la pêche. En automne, les harengs et les orques remontent le Tysfjord et le Vestfjord pour passer l’hiver dans la baie. Des safaris d’orques sont alors organisés pour observer au plus près ces géants des mers. Outre ses paysages sauvages, les Lofoten sont aussi une formidable réserve ornithologique.

En continuant le voyage vers le nord, on arrive dans la région de Troms. Ici encore règne la magie des contrastes : immenses lacs glaciaires, montagnes enneigées, parcs naturels ou îles sauvages. L’été, on peut se lancer dans des randonnées sur les sommets des Alpes de Lyngen, ou s’embarquer pour un safari aux baleines au grand large. Coté culture, la ville de Tromsø offre aux voyageurs son patrimoine architectural néo-classique, mais surtout sa cathédrale arctique, construite en 1965 sur l’inspiration des paysages sauvages du nord du pays.

Encore un peu plus au nord, la Laponie norvégienne ou Finnmark est la terre des Samis. Ce peuple indigène, le plus ancien d’Europe du Nord, vivaient de la pêche et de l’élevage. Certains suivent les rennes depuis les pâturages du plateau en hiver, jusqu’aux étendues d’herbes en été. Beaucoup possèdent des moutons et posent des filets pour pêcher le saumon dans les rivières, ou le cabillaud dans les fjords. Cette population a également développé un artisanat spécifique, qui conjugue le beau et l’utile. Pour s’initier à leur mode de vie, il est possible de passer une nuit dans un Lavvo (tente) sur le plateau de Finnmarksvidda, ou de visiter le parc culturel de Karasjok.
Témoignage de populations encore plus anciennes que les Sami, la ville d’Alta possède un site de gravures rupestres, reconnu patrimoine mondial par l’UNESCO. Enfin, à la frontière russe, la cité de Kirkenes est le terminus du Hurtigruten (Express Côtier). Un lieu où l’expression « bout du monde » prend tout son sens.


Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site
http://www.visitnorway.com/fr/Stories/Norway/La-Norvege-du-Nord/

Le Svalbard, un archipel polaire

Credits: Jens Henrik Nybo/Innovation Norway
Credits: Jens Henrik Nybo/Innovation Norway
Situé au large des côtes norvégiennes, entre 74°et 81° de latitude nord, l’archipel du Svalbard, qui signifie « côte froide » est mentionné pour la première fois dans les textes islandais au 12e siècle. Ancien site international de chasse à la baleine, il possède également quelques mines de charbon. Mais sa plus grande richesse, ce sont ses paysages polaires grandioses. Une nature intacte et rude, où le soleil de minuit brille du début du printemps jusqu’à l’automne. Environ 60% du territoire est recouvert par les glaciers. Le plus grand du pays, Austfonna, est la troisième calotte glaciaire du monde par sa taille. Pour ceux qui recherchent la paix, la tranquillité et le silence, le Svalbard est un territoire idéal pour penser et rêver.

Près de 65% de la superficie du Svalbard se compose de zones protégées avec 3 réserves naturelles, 6 parcs nationaux et 15 réserves ornithologiques. A l’intérieur de ces espaces vivent de nombreux animaux : oiseaux de mer, rennes, renards, et bien sûr ours polaires.

Les activités dans la région sont très dépendantes des saisons. En hiver, on peut explorer les plus hauts sommets en ski ou partir à l’aventure avec des chiens de traîneau. Pendant la belle saison, des randonnées peuvent être combinées avec des croisières pour approcher des falaises grouillantes d’oiseaux ou pagayer entouré par des phoques. Le Spitzberg, la plus grande île de l’archipel est la principale destination des touristes. Le magazine National Geographic Adventure l’a d’ailleurs sélectionnée comme meilleure destination de l’hiver 2008. Mais toutes ses beautés naturelles ne doivent pas faire oublier au voyageur la rudesse de ce territoire. Il est fortement conseillé de passer par des agences agréées pour organiser son séjour, afin de profiter en toute sécurité de ces merveilles naturelles.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site
http://www.visitnorway.com/fr/Articles/Destinations/La-Norvege-du-Nord/Svalbard/Bienvenue-au-Svalbard/

Les îles Lofoten, un archipel sauvage

Credits: Frithjof Fure/Innovation Norway
Credits: Frithjof Fure/Innovation Norway
L’archipel des Lofoten, situé au nord du cercle arctique, jouit grâce au Gulf Stream d’un climat beaucoup plus doux que d’autres territoires de la même latitude, comme l’Alaska et le Groenland. Il y a environ 6000 ans, les premiers hommes sont venus le peupler, vivant de la pêche et de la chasse. A l’époque, il était recouvert de forêts de pins et de bouleaux et la faune y était abondante : cervidés, ours, rennes sauvages, lynx et castors, sans compter les poissons, phoques et baleines. L’agriculture s’y est rapidement développée, et plusieurs grands clans ont émergé à l’époque des Vikings. A Borg, sur l’île Vestvågøy, les archéologues ont retrouvé les vestiges d’une habitation de chef Viking. Cette bâtisse, longue de 83 mètres, a été reconstruite comme un musée vivant, exposant les objets trouvés sur place lors des fouilles.
Svolvær est la capitale des Lofoten, le point de départ pour les visites de l’archipel. Abritée par des montagnes, c’est une petite ville où il fait bon flâner le long du port pour humer l’air marin.


Mais la plus grande richesse des Lofoten se trouve au fond de la mer : ce sont les morues. Des vikings aux marchands hanséatiques, les norvégiens de toute époque ont rapidement compris les avantages qu’ils pouvaient tirer de ce commerce. Dès le XIVe siècle, la morue représentait 80% des exportations du pays. De nos jours, cette pêche reste l’activité principale des Lofoten. Pendant la période de séchage, entre mars et mai, on peut voir des longues rangées de poissons sécher au soleil sur des séchoirs en bois. L’archipel accueille également tous les mois de mars le championnat international de pêche à la morue. Les voyageurs peuvent participer à des sorties en mer pour taquiner les bancs de poissons. Une fois sur le bateau, ils pourront en profiter pour admirer les orques, qui remontent entre novembre et janvier le Tysfjord et le Vestfjord pour passer l’hiver dans la baie. Pendant la belle saison, entre mai et août, des safaris de baleines sont organisés, pour observer au plus près ces géants des mers.

L’archipel est également très propice à l’observation des aurores boréales. Pour ne pas les manquer, le voyageur peut souscrire à un service d’alarme par SMS. Mais le plus impressionnant, c’est de faire un parcours de golf sous le soleil de minuit. Le Lofoten Golf Link à Hov offre la possibilité de faire 144 trous par jour, sous un soleil qui ne se couche jamais. Les sportifs peuvent également enfourcher une bicyclette pour se balader sur les chemins très faciles d’accès, à condition de s’habiller d’une manière adaptée aux conditions météorologiques. Enfin, ses paysages somptueux sont propices à la randonnée sur des sentiers souvent balisés.

Mardi 6 Avril 2010



OT Norvège, Innovation Norway
Office National du Tourisme de Norvège
BP 497 – 75366 Paris cedex 08
Tel : 01 53 23 00 50
Fax : 01 53 23 00 59
Courriel : paris@innovationnorway.no 
www.visitnorway.fr
www.visitnorway.fr/randonnee

Edité par TourMaG.com, tous droits de reproduction réservés