Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 23 Février 2010 - 14:23

L'Aéroport Roissy CDG essaie le scanner corporel


Le body scanner ou portail à ondes millimétriques est testé depuis lundi 22 février à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle sur certains vols à destination des Etats-Unis. Destiné à se substituer à la traditionnelle fouille corporelle ou palpation, le body scan détecte tous les objets suspects placés sous les vêtements grâce aux images holographiées des passagers.



Le très controversé scanner corporel - dit "body scanner" ou portail à ondes millimétriques - est testé depuis lundi 22 février 2010 au Terminal 2E à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle pour une durée de trois mois. C'est le premier en France.

Il vient s'ajouter aux mesures de sûreté mises en œuvres pour tous les passagers à destination des Etats-Unis, pour faire suite à l'attentat manqué du 25 décembre 2009 sur le vol Northwest Airlines en provenance d’Amsterdam et à destination de Detroit.

Les passagers en partance des Etats-Unis qui embarquent à Roissy-Charles de Gaulle peuvent désormais se porter volontaires pour être mis à nu par ce dispositif qui permet de repérer les objets interdits dissimulés sous les vêtements sans palpation des passagers.

"Nous avons du mal à obtenir de notre personnel que la palpation de sécurité soit parfaitement bien faite car ça soulève des problèmes de vie privée", déclarait Patrick Gandil, le Directeur général de la Direction général de l'Aviation civile (DGAC), à l'occasion d'une conférence de presse ce lundi à l'aéroport. "Je suis certain que l'intimité va y gagner".

De la théorie à la pratique

Un des premiers passagers à tester le scanner corporel / DR - AL
Un des premiers passagers à tester le scanner corporel / DR - AL
Concrètement que se cache t-il derrière ce nom complexe - portail à ondes millimétriques - qui fait couler tant d'encre ?

Cette "machine" s'apparente, en fait, à une sorte de sas, similaire à celui que l'on peut trouver dans une banque.

Après avoir placé ses effets personnels dans le bac mis à disposition (chapeau, veste, téléphone portable...), le passager passe sous le portique, place ses pieds sur les emplacements indiqués, lève les bras mains en l'air et ne bouge plus pendant trois secondes, le temps que son image soit scannée par le portail à ondes millimétriques.

Celle-ci - une image holographique de son corps en trois dimensions - est alors analysée par un agent situé dans un local sécurisé, situé à un autre niveau.

Au même moment, une image schématique qui révèle les éventuels objets dissimulés est analysée par l'agent situé à côté du portail.

Si un objet suspect est détecté, un agent de sûreté effectuera un contrôle plus complet. Sinon, le passager peut gagner la salle d'embarquement.

"L'objectif, pendant la période test est de comparer ces deux types d'images", explique le directeur général de la DGAC. "Puis, dans un mois, on définira le protocole d'usage".

Des clichés des passagers nus ?

Une image schématique révèle les éventuels objets dissimulés / DR
Une image schématique révèle les éventuels objets dissimulés / DR
Seul bémol cependant : qui dit images du corps en 3D, dit nudité. Pour quelques passagers sur le point d'embarquer sur un vol vers les Etats-Unis ce lundi matin, l'idée est bien présente.

"Si tout le monde a accès à mon image, je préfère encore la palpation", explique en rigolant Corinne qui a préféré opter pour la traditionnelle fouille corporel.

Pourtant, le directeur de la DGAC l'affirme : "Les images réalisées avec l'appareil à ondes millimétriques sont loin de ressembler à des photographies. On ne peut pas voir à l'intérieur du corps humain. Les femmes ne peuvent être vues sur écran que par des femmes, et les hommes par des hommes".

Et de préciser : "Aucune image n'est enregistrée ni conservée. De plus, les ondes ne pénètrent pas dans le corps humain donc il n'y a aucun danger", insiste le directeur.

Premières impressions

Edouard en partance pour Miami trouve que c'est une procédure beaucoup plus simple et rapide / DR - AL
Edouard en partance pour Miami trouve que c'est une procédure beaucoup plus simple et rapide / DR - AL
Ce matin là de nombreux autres passagers informés à leur arrivée dans la zone d'attente du poste d'inspection en zone de pré-embarquement de la possibilité de passer dans le portail à ondes millimétriques avaient inversement choisi d'essayer ce drôle d'engin.

C'est le cas d'Edouard en partance pour Miami fraichement sorti du scanner corporel.

"Rien, ça ne m'a rien fait", nous confie t-il amusé après s'être prêté aux jeux des photographes et des caméramans venus en grand nombre pour assister au lancement de cette nouvelle technologie.

"C'est une procédure beaucoup plus simple et rapide et ça évite la palpation mais ça ne change rien du tout pour moi".

Du côté du personnel, la satisfaction est au rendez-vous : "Ce système permet de voir plus facilement ce que porte le passager sans passer par la case palpation", nous avoue, sourire aux lèvres et décontracté, un des agents de sûreté formé sur plusieurs jours à ce nouveau dispositif : "En plus, il nous facilite le travail et permet de dégager le flux des passagers".

Mais attention, le scanner corporel est encore à l'état de test et il faudra attendre que la loi soit définitivement votée pour le rendre obligatoire et avoir le droit de l'étendre aux autres aéroports.

De ce côté là, les voyageurs ne sont pas encore bien informés. Marie-Hélène, une passagère ravie de crouler sous les questions des journalistes s'est résignée : "De toute façon, on n'a pas le choix, ça va devenir obligatoire".

A ce jour, le scanner corporel est mis en place dans les aéroports de Londres - Heathrow, Manchester et dans une dizaine de grandes villes américaines.




Précisions : toutes les compagnies aériennes à destination des Etats-Unis ne sont pas concernées par ce nouveau dispositif. Sont concernées les compagnies appartenant à l'Alliance SkyTeam. Ce qui signifie que, si un passager décolle de Paris-CDG (TERMINAL 2A) pour San Francisco avec la compagnie aérienne American Airlines il ne se verra pas proposé le scanner corporel.


Votre avis nous intéresse
Que pensez-vous de ces nouvelles mesures mise en place dans les aéroports ?

Mardi 23 Février 2010 - 14:23
Anne Lombardo


News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com