Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 8 Juin 2010 - 14:10

J'ai testé pour vous... l'Airbus A380 d'Air France


Le simple fait de savoir que j'allais voyager sur ce grand oiseau qui fait la fierté de l'aéronautique européenne m'avait presque... donné des ailes. Dans mon entourage, on me regardait un peu comme un pionnier. Pourtant, à l'arrivée, force est de reconnaître qu'il y a loin du rêve à la réalité... Récit d'une longue nuit.



L'embarquement de l'A380 : un moment critique - DR : J.B. - TourMagazine.fr
L'embarquement de l'A380 : un moment critique - DR : J.B. - TourMagazine.fr
Air France possède pour l'heure deux exemplaires de l'Airbus A 380. Deux appareils équipés de 538 sièges et qui desservent respectivement New York et Johannesbourg.

Autant dire que j'étais excité comme un gamin à la veille de Noël, lorsque j'ai appris que j'allais effectuer mon déplacement en Afrique du Sud -un vol de nuit- à bord de ce fleuron aux couleurs de la compagnie française.

Mon premier contact avec l'A 380 s'est donc déroulé à Roissy/Charles de Gaulle.

Il était là, sur le tarmac, majestueux et imposant. On pouvait l'apercevoir derrière les grandes baies vitrées, bien disposé à séduire.

Premier point, l'embarquement. On aurait pu légitimement penser qu'Air France avait longuement mûri son affaire et pris toutes les dispositions pour que les 538 passagers appelés à monter à bord le fassent dans de bonnes conditions.

Et ce d'autant plus qu'à Paris, comme dans les autres cités qui accueillent l'A 380, des installations aéroportuaires spécifiques ont été spécialement construites !

Embarquement : de longues files d'attente

Et bien non ! Comme au comptoir d'enregistrement, quelques instants auparavant, les longues files d'attente n'ont pas tardé à fleurir.

Il y a bien de larges bandeaux affichant le plan des cabines et des deux niveaux, mais pour canaliser les passagers on n' a pas trouvé d'autre solutions que de ressortir de bons vieux écriteaux.

D'où la scène, quelque peu surréaliste, de personnels au sol se baladant en tenant, tels des écoliers, des ardoises où figurent les numéros des rangs autorisés à monter !

A l'heure de l'informatique, au pied d'un avion bourré de merveilles technologiques, on se croirait revenu au siècle dernier. Voire...

Bénéficiaire d'une place au pont supérieur, j'ai donc dû emprunter un escalator pour rejoindre l'une des portes de l'avion. Au passage, un étal bien fourni de journaux français et étrangers est à disposition.

Plus tard, nous trouverons un assortiment de revues et magazines disponible au fond de notre cabine. Mais pour l'heure, il convient de regagner notre siège pour les opérations de départ.

Les sièges, justement, parlons-en. A l'étage, pour la classe « Voyageurs », il y en a 8 par rangée, avec -côtés hublots- de larges et profonds coffres de rangements.


La place pour dormir, le plateau repas et le comportement du personnel : la suite... page 2

Jeudi 12 Janvier 2017 - 00:10
Jean Beveraggi

Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com