Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mercredi 22 Octobre 2008 - 11:36

Il était une fois 1720 : La Ciotat passe les portes du temps

7ème édition les 24, 25 et 26 octobre 2008


Le week-end 24, 25 et 26 octobre 2008, revivez les plus grandes pages de l'histoire de France à la Ciotat, dans les Bouches du Rhône, à l'occasion de la fête historique ''Il était une fois 1720". Plus de 1000 personnages en costume d’époque vous invitent à voyager dans le temps, lorsque la peste était aux portes de la ville.



Il était une fois 1720 : La Ciotat passe les portes du temps
Pendant 3 jours, du 24 au 26 octobre 2008, la Ciotat remonte les aiguilles du temps et vous faire revivre une page de l'histoire à l'occasion du festival historique "Il était une fois 1720...".

Plus de 1000 personnages en costume d’époque - nobles, bourgeois, artisans, paysans, pêcheurs, corsaires, pirates et gueux - vous attendent, là où l’audace des habitants, le courage des femmes préservent la cité maritime du terrible fléau qu'est la peste.

Organisée par l’association «La Ciotat, il était une fois», le festival offrira pour cette 7ème édition encore plus de combats sur terre et sur mer, des reconstitutions historiques des scènes de vie courante, des liesses populaires, des spectacles de feu ou encore des grandes parades.

Des baladins, des jongleurs et des saltimbanques animeront les rues devant les yeux des pirates et des corsaires. Artisanat d’art, souffleur de verre, forgeron, vannier, potier, arracheur de dent et autres métiers d’antan, seront également de la fête.

Depuis la première édition de la fête historique "Il était une fois 1720...", en 2002, plus de 250 000 visiteurs ont partagé cette belle aventure avec les ciotadens, mobilisés toute l’année pour offrir ce magnifique et captivant voyage dans le temps.

Pour en savoir plus : www.creation1720.org

Un peu d’histoire

Il était une fois 1720 : La Ciotat passe les portes du temps
Nous sommes en 1720. «Le grand Saint-Antoine» entre dans le port de Marseille, avec à son bord la peste. Il est aussitôt admis au Lazaret en quarantaine. La cargaison est évaluée à cent mille écus, une somme énorme. Des marchandises infectées sont débarquées et vendues clandestinement...

Le fléau se propage très rapidement sur Marseille. Près de 40 000 victimes succombent sur les 75 000 habitants que compte la ville à l’époque. La peste se répand peu à peu dans toute la Provence. Grâce à leur ténacité et à leur ingéniosité, les 9 000 habitants ont su se protéger de la peste. Sur terre, les portes de la ville sont murées et des barrières dressées. Les médecins et intendants distribuent des billets de santé aux habitants.

Dans le port, les Capitaines et propriétaires de vaisseaux et barques jurent sur «la palette de prestation de serment» qu’aucun malade n’est à bord.

La Ciotat sera épargnée par la peste

Au moment où les troupes qui formaient les garnisons de Marseille sont annoncées, les Ciotadennes montent sur les murailles, forment des barrières en dedans et en dehors des murs et repoussent les garnisons Marseillaises. Ces dernières seront mises en quarantaine dans une bastide aux abords de la ville.

Mieux encore, le port de La Ciotat devient entrepôt du commerce. C’est là qu’arrivent les denrées pour Marseille et toutes les villes voisines. La Ciotat ravitaille en blé la Provence, la préservant ainsi d’un autre fléau : la famine.

Jeudi 23 Octobre 2008 - 07:49
La Rédaction (A.L)


Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com