Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 15 Novembre 2010 - 18:14

Histoire : le tourisme de mémoire, témoin de notre passé


Des plages de Normandie à Verdun en passant par Caen, le tourisme de mémoire tient une place à part dans le paysage touristique français. Retour sur ce type de vacances pas comme les autres.



Mémorial de Caen - DR
Mémorial de Caen - DR
"Tourisme de mémoire" : l’expression peut surprendre tant les deux termes paraissent opposés.

Pour certains, le tourisme, lié aux loisirs et aux divertissements, est difficilement associable à la mémoire, empreinte de gravité.

Pourtant, ce type de séjour se développe et permet de revaloriser un grand nombre de sites du patrimoine français. Il attire d'ailleurs aujourd’hui 20 millions de visiteurs par an.

Autrefois considéré comme un tourisme de pèlerinage, il a désormais un but pédagogique : expliquer le passé pour mieux comprendre le présent.

Des fortifications aux musées, en passant par les vestiges des dernières guerres, une grande partie des sites appartenaient aux militaires.

Le ministère de la Défense à choisi de les regrouper sous le terme Chemins de Mémoire, afin de leur donner une meilleure visibilité.

Histoire des territoires

Connue pour ses plages du débarquement, la Normandie reçoit 11 millions de visites par an, dont 4 millions pour les 29 sites dédiés au tourisme de mémoire. Avec une parfaite égalité entre Français et étrangers.

"C’est l’image même de la région", témoigne Sandy Cordone, directrice adjointe de l’association Normandie Mémoire, qui présente ces lieux de souvenir.

Le Comité Régional du Tourisme a également édité une brochure consacrée aux plages du débarquement.

Dans la Meuse, on estime que 350 000 à 400 000 voyageurs viennent chaque année dans le cadre d’un séjour mémoire.

La part des étrangers s’élève à plus de 20% du total des fréquentations.

Expliquer le passé, se tourner vers l’avenir

Si la fréquentation de ces sites est décuplée lors des commémorations, l’ensemble des acteurs tentent de les faire vivre toute l’année au travers de multiples activités.

Par exemple, l’historial de la Grande Guerre, situé en plein cœur du champ de bataille de la Somme, accueille de nombreuses expositions temporaires.

La Coupole, un ancien bunker allemand perdu dans le Nord-Pas-de-Calais, a créé une brochure spécifique et des offres d’été permettant d’organiser une journée clef en main sur ce thème.

A Verdun, un festival Sons et Lumière d’Europe sur la Grande Guerre est organisé tous les étés.

Il mobilise plus de 300 acteurs français et allemands sur scène, et accueille environ 20 000 spectateurs par an.

Le mémorial de Caen est quant à lui particulièrement actif.

Expositions temporaires, conférences, débats et journées d’études : son programme est riche et fréquemment renouvelé.

Il organise, par exemple, un concours de plaidoiries pour les avocats sur le thème des droits de l’Homme.

"Il y a une harmonie entre loisir et souvenir", estime Jean-Yves André, le directeur du mémorial. Les voyageurs veulent en savoir plus sur leur histoire et mieux comprendre les évènements contemporains.

Malgré la disparition des témoins, les perspectives de développement restent importantes. "Il faudra miser sur l’évènementiel couplé au tourisme : un festival artistique, du théâtre ou de la musique ", explique Sandy Cordone de Normandie Mémoire.

Et toujours le même objectif : ne pas oublier.

Vendredi 13 Mai 2011 - 16:48
Laury-Anne Cholez



Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com