Loading




tourmagazine.fr

Notez
Mercredi 1 Décembre 2010 - 11:33

Haute-Savoie : à l'assaut des cités savoyardes


Occupée en majorité par les sommets alpins, la Savoie a laissé peu de place à l’urbanisation. Les rives du lac Léman et les vallées traversières ont cependant accueilli des villes chaleureuses, où il fait bon s’imprégner des coutumes d’une population travailleuse, toujours en phase avec une nature grandiose.



Évian-les-bains, la ''perle du Léman''

A Évian, toutes les rues sont pentues, à l’exception de la promenade du front de lac - DR
A Évian, toutes les rues sont pentues, à l’exception de la promenade du front de lac - DR
Amphithéâtre naturel en surplomb du lac Léman, la cité doit sa célébrité à ses eaux minérales, et en particulier la source Cachat réputée soulager les problèmes rénaux et les rhumatismes.

A Évian, toutes les rues sont pentues, à l’exception de la promenade du front de lac, où se trouvent le casino, le palais Lumière et des jardins qui soulignent la ligne des grands hôtels un peu en arrière-plan.

Ici, on visite l’église gothique de Notre-Dame de l’Assomption (13e s.), et la Villa Lumière créée par le père des célèbres frères, aujourd’hui siège de l’hôtel de ville.

Plus loin sur les rives du lac, on rejoint en bateau la villa coloniale du Pré-Curieux, pour découvrir la richesse de l’écosystème lacustre dans ses jardins de l’Eau.

L’arrière-pays d’Évian est traversé par la Dranse d’Abondance, torrent alpin qui court entre deux versants forestiers semés de chalets aux toits de lauze et aux balcons de bois sculpté, typiques de la vallée.

Abondance

La Chapelle d’Abondance, station familiale, est un lieu de séjour idéal pour les randonneurs - DR
La Chapelle d’Abondance, station familiale, est un lieu de séjour idéal pour les randonneurs - DR
A 30km au sud d’Évian, au cœur du Chablais, le val d’Abondance justifie son appellation par la qualité de son territoire agricole et forestier, au milieu desquels trône sa très belle abbaye médiévale (14e s.).

Les fresques des galeries, l’église et les expositions patrimoniales valent le détour.

La vallée a donné son nom à une race de vaches laitières, du lait dont on fait un fromage à pâte fondante.

La Chapelle d’Abondance, station familiale, est un lieu de séjour idéal pour les randonneurs, avec des sentiers thématiques, la montée aux Cornettes de Bises (4 heures) le long de la frontière suisse, ou au mont de Grange (3h30) fréquenté par les chamois et les coqs de bruyère.

Thonon-les-Bains et le Chablais

Le Musée du Chablais bénéficie d'un panorama exceptionnel sur le lac Léman et le Jura suisse - DR
Le Musée du Chablais bénéficie d'un panorama exceptionnel sur le lac Léman et le Jura suisse - DR
La deuxième ville du département regarde la rive sud du lac Léman, et a su miser sur le ressort culturel pour se faire entendre parmi ses célèbres voisines.

Sa douceur de vivre en a fait une escale thermale recherchée dès la fin du 19e siècle, et les nombreuses villas balnéaires encore visibles sur les quais témoignent de sa prospérité d’alors.

Un funiculaire relie les rives du lac et l’écomusée de la Pêche et du Lac à la place du Château d’où la vue sur le quartier de Rives, le lac et les montagnes environnantes est superbe.

L’ancienne résidence des ducs de Savoie, le château de Sonnaz abrite aujourd’hui le musée du Chablais qui retrace toute l’histoire locale.

Non loin, l’église Saint-Hippolyte accolée à la basilique Saint-François-de-Sales forme un ensemble intéressant, où sont exposées les dernières œuvres du peintre Nabi Maurice Denis.

A la sortie nord de Thonon, le château-monastère de Ripaille raconte la munificence de la maison de Savoie à sa grande époque. Dans cet ancien relais de chasse forestier, sont organisés aujourd’hui des séminaires et expositions écologiques.

Au sud, on visite sur la colline fortifiée des Allinges les restes de deux châteaux féodaux et une chapelle décorée de la plus ancienne fresque romane de Savoie.

Une balade dans le Chablais
Les trois cols (54 km) – Une jolie boucle qui relie Bellevaux et ses deux petits musées, Histoire et Traditions, et Faune alpine, au vallon perché de la Chèvrerie où subsistent deux chapelles de l’ancienne chartreuse. Redescente par le col de Cou en pleine forêt avec des points de vue magnifiques sur le lac.

Un itinéraire liaison vers Morzine
Les gorges de la Dranse (33 km) – La D902 suit les bassins et canyons étranglés de la Dranse, en traversant les gorges du Pont du Diable, spectaculaire chaos taillé dans le marbre.

Visite en chemin de l’abbaye Notre-Dame d’Aulps, fondée au 11e siècle et longtemps centre économique de la région. Un pèlerinage à saint Guérin a lieu ici chaque dernier dimanche d’août.

Chamonix – Mont-Blanc

Un multipass Mont-Blanc donne accès aux différents téléphériques qui permettent de découvrir les merveilles du massif - DR
Un multipass Mont-Blanc donne accès aux différents téléphériques qui permettent de découvrir les merveilles du massif - DR
Dominée par le Mont-Blanc, la station est restée une Mecque incontournable pour les alpinistes du monde entier depuis la première ascension du toit de l’Europe en 1786, par Saussure et Balmat.

Cosmopolite et architecturalement de peu d’intérêt, la ville est surtout le point de départ de téléphériques et de nombreuses excursions et randonnées dans les environs.

On peut cependant jeter un œil à l’église Saint-Michel (18e s.) et y visiter le musée alpin qui relate la longue aventure de la conquête des sommets. L’espace Tairraz abrite un musée des Cristaux extraits du massif.

Un multipass Mont-Blanc donne accès aux différents téléphériques qui permettent de découvrir les merveilles du massif :
  • Aiguille du Midi : après une escale intermédiaire au Plan de l’Aiguille qui donne accès à des sentiers de randonnée, le téléphérique rejoint le piton nord (3800 m) d’où l’on peut admirer l’Aiguille Verte, les Grandes Jorasses et l’Aiguille du Géant. Un ascenseur poursuit jusqu’au Piton central (3842 m) et une télécabine relie l’Aiguille du Midi à la Pointe Helbronner.

  • La Mer de Glace : par le train et la télécabine du Montenvers (1935 m), on accède au glacier dont la masse diminue malheureusement chaque année. Une via ferrata un peu sportive permet de le contempler en balcon.

  • Le Brévent : par télécabine jusqu’à Planpraz puis téléphérique jusqu’au sommet d’où l’œil savoure un éblouissant panorama.

  • La Flégère : par téléphérique puis télésiège jusqu’à l’Index (2385 m) pour une vue sur tout le Mont-Blanc.

  • Le glacier du Mont-Blanc : en télésiège jusqu’à un chalet-buvette pour la vue ou une randonnée jusqu’au refuge Balmat.

Cluses et le Faucigny

La région a tiré son nom du château de Faucigny, aujourd'hui il ne reste que quelques ruines - DR
La région a tiré son nom du château de Faucigny, aujourd'hui il ne reste que quelques ruines - DR
Ce haut-lieu de l’horlogerie a rénové son centre ville et reste la porte idéale pour découvrir la vallée de l’Arve et de son affluent le Giffre.

La visite du musée de l’Horlogerie et du Décolletage rappelle que la confection des rouages de montres pour les horlogers genevois complétait les revenus des paysans locaux depuis le 18e siècle.

De Cluses, on rejoint la station des Carroz-d’Arâches dont les pistes sont reliées à Samoëns, puis Flaine.

La vallée de l’Arve reliait Genève à l’Italie par le pays du Mont-Blanc. La région a tiré son nom du château de Faucigny qui fut jadis possession de la maison de Savoie.

Le torrent offre des passages aussi escarpés que grandioses dans son trajet depuis Sallanches et se rétrécit encore au niveau de Cluses avant d’accueillir le Giffre.

La vallée du Giffre (38 km) – Route pentue au-dessus d’un torrent bouillonnant qui mène à de jolis points de vue et des villages montagnards traditionnels comme Viuz-en-Sallaz où se visite l’écomusée Paysan qui raconte la vie des Savoyards depuis le 19e siècle.

Mercredi 1 Décembre 2010 - 11:38
Aline Pontailler

Le Guide Haute-Savoie





RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com