Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 25 Mars 2008 - 01:56

Guides : le talon d'Achille des destinations émergentes

Do You speak globish ?


Même si Le tourisme s'affirme de plus en plus comme un élément structurant de destinations en quête de nouveaux vecteurs de développement, les gouvernements se trompent parfois de cible. Plutôt que de former de bons guides professionnels maîtrisant les langues des pays clients, ils se préoccupent prioritairement des hôtels et des équipements structurants.



Guides : le talon d'Achille des destinations émergentes
Le tourisme s'affirme de plus en plus comme un élément structurant de destinations en quête de nouveaux vecteurs de développement. Qu'il s'agisse de pays très fortement industrialisés ou en voie de développement, la poussée de ce secteur en reste une des constantes.

L'OMT fait état régulièrement des chiffres riants de l'industrie touristique qui progresse de 6% chaque année. En 2010, les voyageurs dans le monde se chiffreront en milliards. Une véritable aubaine pour des continents comme l'Afrique l'Amérique du sud ou les Caraïbes et, de manière plus générale, pour l'ensemble de l'économie mondiale.

Mais force est de constater que tous ne sont pas prêts à s'abreuver à la corne d'abondance. En effet, le tourisme est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seules mains des gouvernements.

Des gouvernements qui croient naïvement qu'il suffit de quelques beaux sites, d'un climat clément, de belles plages et d'un quarteron de cocotiers se balançant langoureusement sous la brise pour ramasser la mise.

Las, force est de constater que c'est loin d'être le cas. En fonction de la cible recherchée (type de tourisme) et des nationalités, le jack pot n'est pas toujours au rendez-vous. Il est bien connu que tous les visiteurs ne recherchent pas la même chose et qu'il y a presque autant de tourismes que de touristes.

On néglige l'élément humain pour le secteur industriel

Pour être tout à fait concret, prenons le cas de l'"homo touristicus francus". Le Français moyen, c'est bien connu, est d'un naturel râleur mais également curieux. Féru d'art et de culture il veut tout connaître de la destination et cherche à entrer en contact avec l'habitant.

Pour ce type de clientèle il n'est pas exagéré d'affirmer que de la qualité du guidage dépend très souvent la perception de réussite, plus ou moins grande, du circuit ou du séjour, lorsqu'il s'agit d'excursions.

Pour étancher une telle soif de connaissances il faut des guides qualifiés qui ne se content pas de réciter (ou pire) de lire le "Routard", le "Michelin" ou "Lonely Planet", comme nous avons eu l'occasion de l'observer à maintes reprises.

Qui n’a pas une anecdote savoureuse, cocasse ou dérangeante à raconter sur les malentendus linguistiques ?

C’est souvent dans les pays émergents au tourisme comme l'Asie, où la barrière de la langue demeure un obstacle significatif, que la situation est la plus grave. Paradoxalement, on se préoccupe prioritairement du secteur industriel (hôtels, parcs de loisirs, infrastructures…) alors que l’élément humain, pourtant primordial, est négligé.

Il est avéré qu’il faut plusieurs années pour former des (bons) guides, alors que quelques mois suffisent pour ériger les plus beaux resorts.
A bon entendeur...

Mardi 25 Mars 2008 - 08:26
Jean DA LUZ

Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com