Loading




tourmagazine.fr



Notez
Samedi 9 Janvier 2010 - 10:24

Grève easyJet à Orly : la low cost rembourse le passager mais la plainte suit son cours

INFO TOURMAGAZINE.FR


Victime de la grève de l’un des sous-traitant d’easyJet en octobre 2009, Gérald Dupuy a engagé, contre la compagnie low cost, une procédure judiciaire en décembre 2009. Il vient de recevoir le remboursement de ses billets et de ses frais annexes alors que la procédure judiciaire court toujours. Explications.



La compagnie low cost remboursera comme prévu tous les passagers victimes de cette grève / DR
La compagnie low cost remboursera comme prévu tous les passagers victimes de cette grève / DR
Deux mois et demi. C'est le temps qu'il a fallu avant que Gérald Dupuy ne reçoive le remboursement de ses deux billets d'avion et de ses frais annexes (autre billet d'avion et location de voiture).

Comme plusieurs milliers de passagers, Gérald Dupuy a été une des victimes de la grève de Servisair, le sous-traitant d'easyJet à l'aéroport d'Orly Sud.

Ses deux vols, l'aller-retour Paris/Toulouse du 18 et 21 octobre 2009, ont été annulés. Il a donc du se débrouiller seul pour parcourir les 700 kilomètres qui séparent la capitale à la ville rose.

"Je me suis rabattu sur Ryanair, j'ai pris un billet à 174 euros l'aller-retour et fini mon trajet avec une voiture de location pour 170 euros", explique l'habitué d'easyJet.

"En fait, j'ai pris la solution la moins coûteuse".

Il demande 1100 euros de dédommagement

Mais Gérald Dupuy n'est pas une victime comme les autres. Il n'a pas hésité à porter plainte contre la compagnie à bas prix.

"Le jour de la grève, au comptoir d'Orly Sud, l'employée présente m'a confirmé verbalement le versement d'une indemnité de 250 euros par vols annulés conformément à ce qu'avait dit son chef d'escale venu de Nice en renfort ce matin-là", raconte le passager.

Avant d'ajouter : "Ce personnel a tenu des propos mensongers de manière à induire en erreur les passagers et pour calmer l'énervement de certains en nous faisant croire au versement d'une indemnité supplémentaire de 250 euros en plus des frais de transport alternatifs".

C'est justement sur ce point que porte sa plainte. Il a engagé une procédure contre easyJet devant la juridiction de proximité du 13ème arrondissement de Paris.

Il demande 1100 euros de dédommagement, équivalant au remboursement de ses deux billets, à ses frais de transport alternatif, aux indemnités promises et aux frais de téléphone et de poste engendrés par ses multiples recours.

''Sans faire le rapprochement avec l'affaire''

Après un premier renvoi de l'affaire, l'audience a été fixée au 2 février 2010.

Mais surprise, début janvier, Gérald Dupuy s'aperçoit que la compagnie low cost lui a versé un remboursement de 331 euros. "Cela correspond à mes billets et à mes frais annexes. Mais quand j'ai demandé des explications à easyJet et à son avocat, ils ne m'ont jamais répondu", précise l'intéressé.

Contacté par nos soins, la direction d'easyJet est au courant de l'existence de procédures. "Cette personne a été remboursée, certes en retard, et on s'en excuse", commente François Bacchetta, directeur général d'easyJet France.

Quant au 250 euros d'indemnités promises, le responsable français plaide pour l'erreur humaine. "Il est possible que cette personne se soit trompée, car ce n'était certainement pas son métier. A ce moment-là, à Orly, nous avions fait appel à toutes les bonnes volontés de l'entreprise pour nous aider", ajoute le directeur général.

Cependant, une source proche de la compagnie nous a expliqué : le dossier de Gérald Dupuy "devait être au milieu des autres, ils l'ont traité comme les autres, sans faire le rapprochement avec l'affaire".

Il n'empêche, Gérald Dupuy a bien l'attention de se présenter à l'audience du 2 février 2010 et réclamer ses 1 100 euros. "On verra bien, soit le juge estime que ce que j'ai reçu est suffisant, soit il condamne easyJet, soit easyJet se retourne contre le prestataire en assignant Servisair".

La compagnie peut également accepter un règlement à l'amiable. Verdict le 2 février 2010.



Selon la loi, easyJet n'a pas à indemniser les passagers victimes de la grève

Dans ce cas précis, indépendant de la volonté de la compagnie low cost, la loi ne l'oblige pas à indemniser les passagers victimes des annulations. Le point avec notre experte en droit du tourisme.

"Le transporteur aérien n'est pas tenu d'indemniser le passager : si la compagnie a informé le passager suffisamment à l'avance de l'annulation du vol, c'est à dire entre 15 et 7 jours avant le départ.

Autre cas pour lequel la compagnie est exonérée d'indemnisation : si le passager est informé entre 7 jours et le jour du départ, et que la compagnie propose un autre vol à peu près aux mêmes horaires.

Enfin, dernier cas : la compagnie doit prouver que les annulations de vols sont dues à des circonstances extraordinaires, qui ne peuvent être évitées.

Parmi ces circonstances extraordinaires, le règlement européen évoque les "grèves ayant une incidence sur les opérations d'un transporteur aérien". Si les circonstances extraordinaires sont impossible à invoquer pour la compagnie, celle-ci doit indemniser le passager
".

Retrouvez l'intégralité de l'interview de notre experte en droit du tourisme, Emmanuelle Llop en cliquant ici

Samedi 9 Janvier 2010 - 10:24
C. Ex.


News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com