Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mardi 21 Août 2007 - 09:00

Fréquentation : quand le ciel est gris, le tourisme aussi !

Premiers résultats de l'étude Protourisme


Le tourisme français a souffert du temps pourri qui a régné sur le pays une bonne partie de la saison estivale. Reste à savoir si cela a profité à l’outgoing et donné envie aux Français de prendre à bras le corps valise et brosse à dents pour s’expatrier sous des cieux plus cléments, cqfd !



Fréquentation : quand le ciel est gris, le tourisme aussi !
Il est encore un peu tôt pour les bilans, mais une chose est sûre : en France les professionnels font grise mine et selon les premiers résultats de l’étude de Protourisme, publiée dimanche 19 août dernier par le JDD, « Le nombre de nuitées marchandes dans les hôtels, campings et locations est en baisse de 3% en juillet-août par rapport à l'été 2006. »

A défaut de la tente, voilà le décor planté. Il n’est pas réjouissant quant on sait que le tourisme tourisme représente 7% du PIB français et que le secteur assure des centaines de milliers d’emplois.

Mais voilà, aussi cruel soit le constat, seules les régions où le soleil ne s’est pas mis aux abonnés absents, ont connu des progressions. La météo est devenue une sorte d’étalon-or du tourisme.

La preuve par +28° = les villes (+2%) et la côté méditerranéenne (+3%), où l’astre-roi n’a pas flanché, ont bénéficié d'un report partiel de la fréquentation. En revanche, partout ailleurs, y compris la campagne et le littoral, Protourisme diagnostique une décrue de 3%. A noter la montagne, particulièrement touchée cet été 2007, dont l’indice de fréquentation plongerait de 6%.

Le mauvais temps a profité aux parcs et musées

Paradoxalement, le revenu global des dépenses touristiques pourrait s’améliorer. Deux raisons à cela : des augmentations de prix très sensibles et le retour des clientèles américaine et asiatique.

Le mauvais temps a en revanche profité aux parcs et musées qui ont littéralement explosé les « compteurs » au niveau du nombre de visiteurs. Mais la saison des ouragans qui sévit aux Antilles et qui a causé des dégâts considérables à l’économie martiniquaise, pourrait avoir également des répercussions dans les semaines à venir sur le secteur du tourisme.

50% de hausse pour l'île Maurice

Mais il y a quelques rayons de soleil qui percent dans la morosité ambiante. Par exemple, les Français se sont précipités sur les destinations lointaines. Les États-Unis connaissent un engouement sans précédent (+ 20 %), ainsi que les Caraïbes et l'océan Indien, que l’on avait l’habitude de vendre plutôt l'hiver.

Là encore, y a plus de saison…

"La hausse est de 7 à 10% pour les Antilles françaises et de plus de 50% pour l'île Maurice", précise René-Marc Chikli, président du Ceto, au JDD. Une info que confirme Alain de Mendonça, directeur de promovacances.com qui a enregistré 3 millions de visiteurs en juillet sur son site, "un record absolu".

Autre bonne nouvelle : le ballon ovale qui pourrait de nouveau faire tourner rond le tourisme français. En effet, environ 350.000 visiteurs sont attendus pour cet événement et les recettes pourraient dépasser le milliard et demi d'euros.

Nous reviendrons demain sur les résultats des ventes estivales dans les agences. D’ici là faisons le signe et prions pour l’été indien…

Mardi 21 Août 2007 - 09:06
Jean DA LUZ

News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com