Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 27 Novembre 2006 - 15:32

Fêtes provençales : bon nouvè !

Les incontournables marchés et foires de Noël en Provence


A quelques semaines de Noël, la Côte d’Azur et la Provence rayonnent de leurs traditions : foires aux santons, crèches, gros souper, treize desserts... les fêtes calendales se préparent. Des réjouissances originales, qui ajoutent à l’attrait d’un littoral réputé l’hiver pour sa douceur de vivre.



Fêtes provençales : bon nouvè !
Bien sûr, il y a le soleil ! Celui-là même qui, dès la fin du 18e siècle, attira à Nice, Cannes, Menton ou Hyères les premiers aristocrates anglais. Cette recherche de quiétude a perduré. De Monaco à Marseille, en passant par Saint-Raphaël ou Bandol, on ne compte plus les adeptes de farniente hivernal, fuyant le nord de la France et ses frimas glacés. Bien leur en prend ! Car si ciel d’azur et températures clémentes sont des antidotes à la morosité, ils s’accompagnent en décembre de festivités remarquables, gages d’une convivialité réconfortante. 

Il y a d’abord les traditions liées à la religion. A tout seigneur, tout honneur : les santons. Indissociables des festivités de Noël, on les trouve un peu partout. Sur les foires spécialisées (Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence…), où des centaines d’artisans proposent à la vente leurs petites figurines d’argile ; dans les crèches d’églises, grandes ouvertes pour l’occasion, où les personnages bibliques côtoient les symboles de l’imagerie populaire provençale (meunier, berger, fileuse…). 

Ode aux santons

Tout provençal voue un culte aux santons. Ils évoquent le labeur de la terre et la réunion des corps sociaux autour de la Nativité. Depuis la Riviera française, une escapade au village de Luceram, dans les Alpes-Maritimes, permet d’en mesurer la portée. Plus de cent crèches sont exposées dans les rues et les caves de la cité médiévale, ainsi que dans les églises, les chapelles, les rebords de fenêtres… Une ode aux santons, qui attire chaque année plus de 10 000 visiteurs. 

En Provence, la tradition culmine le 24 décembre. Ce jour là, on peut assister dans plusieurs villages à la cérémonie du pastrage.

Fêtes provençales : bon nouvè !
Lors de la messe de minuit, des bergers apportent en procession l’offrande de l’agneau à l’enfant Jésus, accompagnés de leurs troupeaux au son des galoubets et des tambourins. La plus connue est celle d’Allauch, à côté de Marseille. Durant la messe, on peut encore entendre dans les églises les chants traditionnels, en langue provençale.

Veillée provençale

Et que dire du « gros souper » (voir encadré), ce traditionnel repas de fête qui réunit familles et amis, quelques instants avant la messe ? On y partage toujours les treize desserts, en hommage aux douze apôtres et au Messie.

Le menu complet est invariable : pain rond, treize petits pains disposés sur la table, sept plats et les vins, préparent les convives à la dégustation des fameux treize desserts : raisins secs, nougats au miel, figues, amendes, calissons, fruits frais (melons d’hiver)..., accompagnent la traditionnelle fougasse, succulente galette plate et ronde fabriquée avec de l’huile. Sans oublier les trois petites assiettes contenant le blé, qui germe depuis le 4 décembre (Sainte-Barbe). Son éclosion, si elle se produit le jour de Noël, annonce des lendemains heureux…

Truffe, reine de l’hiver

A parler de table, on se doit d’évoquer aussi l’icône de la gastronomie provençale : la truffe. Reine de l’hiver, elle fait l’objet d’obscures et d’onéreuses transactions, sur les marchés de l’arrière-pays (Carpentras, Richerenches, Aups…). Mais celui qui a eu l’immense privilège de déguster une omelette aux truffes, bien à l’abri du mistral dans l’arrière-salle d’un restaurant de tradition, gardera à tout jamais un lien indéfectible avec cette région.

Après Noël, viendra le temps des pastorales, ces spectacles musicaux qui subliment la vie champêtre provençale, donnés de village en village. Des animations plus légères, qui annoncent déjà le temps du Carême et des carnavals…¨

En attendant bon Nouvè ! ! (Joyeux Noël )

... par Jean-François Rust

Le gros souper à la loupe

"Se sian pas mai que siéguèn pas mens!" (si nous ne sommes pas plus nombreux, que nous ne soyons pas moins). C'est la formule magique du "cacho-fio", cérémonial accompli par l'aïeul devant la famille réunie. Tenant le plus jeune par la main, il dépose dans la cheminée une bûche d'arbre fruitier, qu'il bénit trois fois en l'arrosant de vin cuit. Cette tradition, qui se perpétue le 24 décembre, donne le coup d'envoi de la veillée, rythmée de chants et contes de Noël, et ponctuée par le gros souper.

Pourtant les fêtes calendales ("Calendo" signifie "Noël" en provençal) commencent le 4 décembre, le jour de la Sainte-Barbe. On fait germer des grains de blé ou des lentilles, symbole du renouveau de la terre, sur des soucoupes tapissées de coton humide. Elles seront placées à côté de trois chandeliers sur trois nappes blanches (trois évoquant la Trinité) sur la table du gros souper.

Contrairement à son appellation, c'est un repas maigre composé de sept plats en souvenir des sept douleurs de la Vierge, excluant la viande, la dinde étant servie le lendemain. Les recettes varient selon les localités et les humeurs de la cuisinière, mais on retrouve quelques constantes. La soupe à l'ail, ou aïgo boulido, ouvre le bal, suivie des entrées : ragoût d'escargots, tian d'épinards, céleri et choux-fleurs en anchoïade.

La morue est souvent préparée en daube, accompagnée de légumes telle la carde en sauce blanche. Servis en abondance, ces mets permettent d'attendre la fin de la messe de minuit avant de succomber aux treize desserts. Une façon d'éviter la mésaventure du révérend dom Balaguère, le héros des "Trois messes basses" d'Alphonse Daudet, qui tenaillé par la faim, bâcla ses prières pour commettre au plus vite le pêché de gourmandise.

Les treize desserts symbolisent le Christ et ses douze apôtres. Autour des dattes qui évoquent la fuite en Egypte, les fruits secs ou "Mendiants" représentent les quatre ordres religieux du 19e siècle : figues sèches (Franciscains), raisins secs (Dominicains), noix et noisettes (Augustins), amandes (Carmes); les fruits frais, pommes, poires, mandarines, oranges, raisin; le nougat noir et le blanc, la pompe à l'huile, brioche parfumée à l'eau de fleur d'oranger, appelée "fougasse" ou "gibassié".

On ne dessert pas la table car la nuit les âmes des morts de la famille viennent se restaurer. Il convient cependant relever les coins des nappes pour empêcher les mauvais esprits d'y monter et de jeter un sort aux victuailles.


... par Mireille Gignoux

Noël en Provence : les coups de coeur de TourMaGazine.fr

Aix-en-Provence (13) :
- Grand marché de noël sur le Cours Mirabeau - Du 24 novembre au 26 décembre 2006 tous les jours de 9h à 19h.
- Foire aux santons : avenue Victor Hugo, du dimanche 26 novembre au dimanche 31 décembre 2006 (de 9 h à 19h)
- Messe de minuit en provençal : Église du Saint Esprit
- Crèche de Noël : salle d'exposition de l'Office de Tourisme d'Aix en Provence du dimanche 26 novembre au dimanche 31 décembre 2006

Plus de renseignements : www.aixenprovencetourism.com

Allauch (13):
- 29ème Crèche provençale laser - 500 santons habillés dont 35 animés. Du 25 novembre 2006 au 28 janvier 2007 : de 10h à 18h
Plus de renseignements : www.allauch.com

Arles (13) :
- Salon International des Santonniers : Cloître St Trophime du 23 novembre 2006 au 14 janvier 2007

Aubagne (13) :
- Chalet du père noël avec lutins et troïka (du 17 au 24 décembre 2006)
- Marché de l’hiver, place Joseph-Rau (le 20 décembre)
- Biennale de l'Art santonnier (samedi 2 décembre 2006 au dimanche 3)
- Foire traditionnelle aux santons et à la céramique ( 25 novembre au 31 décembre 2006) cours Foch.
- Marche de Noël Equitable - samedi 16 décembre 2006

Pour plus de renseignements : www.aubagne.com

Marseille (13) :

- Foire aux santons de Marseille sur le cours d'Estienne d'Orves du dernier dimanche de novembre au 31 décembre. www.foire-aux-santons-de-marseille.com
- Marché de Noël : place Gabriel Péri
Pour plus de renseignements : www.marseille-tourisme.com

Istres (13) :

Fête des Bergers : du 25 novembre au 3 décembre
Plus de renseignements : cliquez ici

Saint Rémy de Provence (13) :
- Marché du gros souper du 15 au 17 décembre
Plus de renseignements : www.saintremy-de-provence.com

Toulon (83) :
- Grand Marché de Noël sur la place Victor Hugo (place du théâtre) avec la maison du père noël - Chalet des 13 desserts - Chalet costumes provençaux - Chalet instruments provençaux

Luceram (06) :
- Toute l'année, musée de la crèche - Renseignements au 04 93 79 46 50 et sur www.luceram.com

A vos claviers... N'hésitez pas à faire découvrir d'autres marchés et foires de Noël en Provence ! (via le formulaire COMMENTAIRES ci-dessous)

Mardi 10 Mai 2011 - 12:56
La rédaction


Tags : actu

Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com