Loading




tourmagazine.fr



Notez
Vendredi 29 Juillet 2011 - 12:48

Crash Rio-Paris : "aucune annonce n’a été faite aux passagers"

les pilotes pointés du doigt par le 3ème rapport du BEA


Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) pour la Sécurité de l'Aviation civile a publié vendredi 29 juillet 2011, son troisième rapport concernant le crash du vol Rio/Paris (juin 2009). Les pilotes sont amplement mis en cause dans le crash. Retour sur les points essentiels du rapport.



Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) pour la Sécurité de l'Aviation civile a publié vendredi 29 juillet 2011, son troisième rapport concernant le crash du vol Rio/Paris (juin 2009). cliquez ici

" Ce rapport, qui présente les circonstances exactes de l'accident avec des premiers points d'analyse et de nouveaux faits établis à partir de l'exploitation des données des enregistreurs de vol, a pu être établi grâce à la lecture complète des enregistreurs de bord, récupérés début mai 2011 après plusieurs campagnes de recherches sous-marines ", indique le BEA dans un communiqué.

Concernant la première phase du vol – du début de l’enregistrement à la déconnexion du pilote automatique – le BEA indique que " le départ du commandant de bord s’est fait sans consignes opérationnelles claires, qu’il n’y a pas eu de répartition explicite des tâches entre les deux copilotes et que la masse et le centrage de l’avion se trouvaient à l’intérieur des limites opérationnelles"

Concernant la deuxième phase du vol - de la déconnexion du pilote automatique au déclenchement de l’alarme de décrochage – le BEA constate que " le pilote automatique s’est désengagé alors que l’avion évoluait en limite supérieure d’une couche nuageuse légèrement turbulente".

Et indique : "il y a eu incohérence entre les vitesses mesurées, vraisemblablement à la suite de l’obstruction des sondes Pitot en environnement de cristaux de glace".

En outre, il précise : "au moment de la déconnexion du pilote automatique, le commandant de bord était en repos". Et ajoute dans son rapport : "Bien qu’ayant identifié et annoncé la perte des indications de vitesse, aucun des deux copilotes n’a appelé la procédure « IAS douteuse ». Ces derniers n’avaient pas reçu d’entraînement à haute altitude à la procédure « IAS douteuse » et au pilotage manuel".

Concernant la 3ème phase du vol - du déclenchement de l’alarme de décrochage à la fin du vol – le BEA indique "qu’aucun des pilotes n’a fait référence à l’alarme de décrochage et aucun n’a formellement identifié la situation de décrochage. Enfin, il précise qu'aucune annonce n’a été faite aux passagers".

Et précise : Il n’y a eu aucun message de détresse émis par l’équipage.

L’épave a été retrouvée par 3 900 m de profondeur le 3 avril 2011 à 6,5 milles nautiques et au nord - nord-est de la dernière position émise par l’avion.

Rapport d'enquête final au premier semestre 2012

Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) a annoncé vendredi 29 juillet 2011, peu de temps après la publication de son 3e rapport d’enquête sur le crash Rio-Paris, qu’il publiera son rapport final au premier semestre 2012. "Toutes les données récoltées demandent une analyse plus systémique qui demande beaucoup de temps" et "le rapport final ne sera pas publié cette année mais probablement dans le premier semestre de l'année prochaine", a indiqué Jean-Paul Troadec, directeur du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) lors d’une conférence de presse.

Vendredi 29 Juillet 2011 - 15:58
La rédaction (A.L)



Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com