Loading




tourmagazine.fr



Notez
Mercredi 14 Mars 2012 - 14:19

Costa Rica : J'ai testé pour vous... la ponte des tortues vertes à Tortuguero

Un des plus anciens centres de protection au monde


Le Costa Rica s'enorgueillit de posséder l'un des plus anciens centres de protection des tortues au monde. Le pays possède une politique progressiste de protection de l'environnement et, partant, d'écotourisme. Il a mis en place dès les années 50 ans à Tortuguero, le village des tortues, un programme de protection de ces reptiles. TourMagazine.fr a suivi, lors d'une visite nocturne, l'arrivée, la ponte et le retour des tortues vers la mer protectrice.



C'est ici que, par centaines, les tortues vertes, des géantes pesant plus dune centaine de kilos, émergent des eaux chaque année pour venir pondre les œufs qui donneront naissance à leur (nombreuse) progéniture. /photo Wikipedia Commons
C'est ici que, par centaines, les tortues vertes, des géantes pesant plus dune centaine de kilos, émergent des eaux chaque année pour venir pondre les œufs qui donneront naissance à leur (nombreuse) progéniture. /photo Wikipedia Commons
Tortuguero, est "le" village des tortues. Cette petite agglomération situées dans les réseau de canaux construits par l'homme pour accéder plus facilement et acheminer les marchandises aux différents hameaux du secteur, est située sur une étroite langue de terre entre le Rio tortuguero et l’océan Atlantique.

C'est ici que, par centaines, les tortues vertes, des géantes pesant plus dune centaine de kilos, émergent des eaux chaque année pour venir pondre les œufs qui donneront naissance à leur (nombreuse) progéniture.

Mais il ne faut pas s'y méprendre : malgré ce foisonnement, seuls 3 pour 1000 des bébés tortues survivront à leurs nombreux prédateurs.

Au premier rang de ceux-ci : l'homme, comme le répètent a l'envi les guides du parc national, très compénétrés de leur rôle de défenseurs de la nature et de l'éducation à la vie animale des foules.

Chito est de ceux là. Notre guide qui affiche une connaissance encyclopédique sur ces sympathiques animaux à carapace (et d'autres aussi), se prépare pour le guidage dune dizaine de volontaires qui veulent assister en direct à la naissance de la prochaine génération de tortues vertes qui écumeront les océans pour les 50 (?) années à venir.

Tout au moins celles qui auront survécu...

Ce type de visite est sévèrement encadré par les gardes. Quelques consignes strictes : pas de photo ni de camera, avec ou sans flash.

Pas de vêtements trop clairs non plus. Les tortues risquent de prendre ces signes pour des dangers potentiels et de repartir immédiatement sans avoir déposé leur précieuse cargaison.

On ne badine pas avec les nerfs des futures mamans tortues

Les visiteurs devront s'armer de patiente. En effet, les gardes du parc régulent avec beaucoup d'attention la présence des guides et de leurs clients sur la plage /photo Wikimedia Commons
Les visiteurs devront s'armer de patiente. En effet, les gardes du parc régulent avec beaucoup d'attention la présence des guides et de leurs clients sur la plage /photo Wikimedia Commons
Le non respect de ces règles se traduit aussitôt par la suspension temporaire ou la suppression de la licence professionnelle de guidage. Ici on ne badine pas avec les nerfs des futures mamans tortues...

Et ce d'autant plus que le nombre impressionnant de guidages pendant la saison (jusqu'à 400 personnes par nuit) réclame un encadrement des plus rigoureux. Ils se divisent en deux tours, avec tirage au sort des guides : 20h et 22h.

Les visiteurs devront s'armer de patience. En effet, les gardes du parc régulent avec beaucoup d'attention la présence des guides et de leurs clients sur la plage.

Ce sont eux qui donnent le feu vert et désignent au guide l'endroit de la plage où se rendre. Il n'est pas rare de devoir patienter, une fois le kilomètre de piste (facile) franchi, jusqu'à 45 minutes, le temps que la parturiente soit prête pour la ponte.

Seul le guide dispose dune lampe verte spéciale, invisible pour l'animal et qui permet de détailler le processus en cours.

Avec des précautions de sioux et en file indienne, nous nous mettons en marche et, quelques minutes plus tard, nous apercevons une masse sombre sur la plage.

A ce moment là, la tortue a déjà creusé un trou d'une profondeur d'un mètre environ dans le sable. Très appliquée, elle éjecte en continu des œufs d'un blanc immaculé de la taille dune balle de tennis qui s'empilent au fond de la cavité.

Pour bien montrer le processus, le guide soulève la patte arrière de l'animal et éclaire le saisissant spectacle avec sa lampe.

La conservation de l'espèce se joue à peu de chose

les futurs bébés tortues vont devoir patienter une 50 aine de jours pour sortir de leur coquille.   Ils creuseront alors leur chemin jusqu'à la surface pour regagner, à leur tour vers la mer salvatrice. / Wikimedia Commons
les futurs bébés tortues vont devoir patienter une 50 aine de jours pour sortir de leur coquille. Ils creuseront alors leur chemin jusqu'à la surface pour regagner, à leur tour vers la mer salvatrice. / Wikimedia Commons
Une fois la ponte achevée, la tortue recouvre minutieusement le trou en utilisant ses pattes arrière. Objectif : laisser le lieu aussi identique et anonyme que possible.

Elle sait d'instinct que la conservation de l'espèce se joue à peu de chose. C'est aussi l'instinct et ses facultés extraordinaires d'orientation qui l'ont amenée sur la plage ou elle est née et là où elle perpétuera le rituel de la conservation de l'espèce.

Une fois l'opération terminée, épuisée par l'effort, elle s'arrache à grand peine a l'attraction terrestre et entame sa longue, maladroite et pénible marche vers les flots.

L'animal semble littéralement "nager" sur le sable. Son calvaire prend fin avec l'arrivée des premières vagues qui soulagent son effort et la portent harmonieusement et en souplesse vers l'océan.

Les spectateurs apprécient à sa juste valeur cette progression, émouvante et spectaculaire, compte tenu de la morphologie de la bête. Pour un peu on applaudirait la performance, si cela ne risquait pas de la traumatiser...

Une fois son devoir maternel accompli, les futurs bébés tortues vont devoir patienter une cinquantaine de jours pour sortir de leur coquille.

Ils creuseront alors leur chemin jusqu'à la surface pour regagner, à leur tour vers la mer salvatrice. Beaucoup n'y parviendront pas, victimes des oiseaux, des crabes, des poissons et autres prédateurs. Mais c'est là une autre histoire...

FICHE PRATIQUE

- Entre 45 et 70 jours incubation
- Pondent entre 80 et 120 œufs
- Une femelle peut pondre jusqu'à 10 fois dans la même saison
- Ponte et éclosion observable de février a novembre périodes de ponte et éclosion
- La haute saison va de fin juillet a aout


La visite coute entre 20 et 30 dollars et dure environ 2 heures
Le Parc de Tortuguero (Wikipédia)
(en anglais) Tortuguero, hotels, tours, tour packages in Tortuguero

Mardi 20 Mars 2012 - 12:15
Jean da LUZ au Costa Rica


Tags : costa rica

Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com