Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 3 Juillet 2006 - 14:21

Copier n’est pas jouer... les Douaniers comptent les points !

300.000 euro d'amende et 3 ans d'emprisonnement


Un récent sondage IFOP révèle que 35 % des Français déclarent encore ouvertement acheter des produits de contrefaçon. 31 % disent acheter ou être prêts à acheter des contrefaçons de vêtements de marque… Méfiez-vous, vous risquez d’avoir un « succès fou » à la Douane avec votre « Cartier » ou votre vrai-faux Lacoste…



Copier n’est pas jouer... les Douaniers comptent les points !
Un récent sondage IFOP révèle que 35 % des Français déclarent encore ouvertement acheter des produits de contrefaçon. 31 % disent acheter ou être prêts à acheter des contrefaçons de vêtements de marque, suivi par les contrefaçons de parfums (24 %), de maroquinerie et de chaussures (25 %), de CD et de DVD (23 %) ….

Une attitude qui a des répercussions lourdes tant au niveau du portefeuille des entreprises que pour celui du consommateur. Déjà, il faut savoir que le détenteur d’une contrefaçon encourt jusqu'à 300.000 euro d'amende et trois ans d'emprisonnement. En effet, cette dernière est désormais considérée comme "un délit au même titre que le vol".

Comme la période des vacances est particulièrement « tentante », les pouvoirs publics ont prolongé pendant les vacances la campagne anti-contrefaçon lancée début avril dernier à la tlévision et sur Internet. Objectif : alerter et mobiliser les citoyens et les consommateurs sur les dangers et conséquences de la contrefaçon.

Alerter et mobiliser les citoyens et les consommateurs

Longtemps cantonnée aux seuls produits de luxe, la contrefaçon n’épargne plus aucun secteur économique : Produits numériques, médicaments, vins et spiritueux, textile, parfums, pièces automobiles, jouets, logiciels, appareils domestiques… Tous les produits de grande consommation sont désormais touchés.

La contrefaçon représente ainsi près de 10 % du commerce mondial, soit 200 à 300 milliards d’euros de perte pour l’économie mondiale dont 6 milliards d’euros pour la France. Elle détruit chaque année 200 000 emplois dont environ 30 000 en France où une entreprise sur deux utilise des logiciels piratés.

Mais la contrefaçon met en danger au quotidien la sécurité et la santé des consommateurs du fait du non-respect des normes de fabrication et de sécurité des produits copiés. En effet, tout est copiable y compris des « pièces de rechange » d’avions. Si vous voyez ce que je veux dire…

"Contrefaçon, non merci", c’est le slogan fort de cette campagne d’intérêt général déclinée sur le site Internet www.nonmerci.com informatif et ludique. Trois spots TV alertant le public sur les liens entre la contrefaçon et le crime organisé seront diffusés sur les vols long courriers d'Air France.

100.000 porte-billets d'avion portant des visuels de la campagne seront distribués en juillet et une tournée des plages, organisée par l'Union des Fabricants, visera du 13 juillet au 20 août les vacanciers sur la Côte d'Azur.

On peut également se renseigner sur le site www.non-merci.com ou au 08.20.22.26.22, mis en place par l'Institut national de la propriété intellectuelle (INPI).
Pour toute information sur la contrefaçon, un n° indigo (0,09 euros TTC/min), le 0 820 22 26 22 est désormais à la disposition du public du lundi au vendredi, de 9 h à 18 h.

Copier n’est pas jouer... les Douaniers comptent les points !
- Comment repérer la contrefaçon ?

Quand un consommateur a le moindre doute sur l'authenticité d'un produit qu'il
envisage d'acheter, il doit l'examiner avec attention, de façon à s'assurer qu’il ne
s’agit pas d’une contrefaçon. Il faut notamment tenir compte :

de la qualité du produit
Les produits contrefaisants sont souvent de qualité très inférieure à celle des originaux. Il faut vérifier des points comme les coutures, la peinture du produit, la symétrie des lignes…

du prix
Il convient de se méfier des offres de prix anormalement basses et des "trop bonnes affaires", mais aussi des articles proposés sur des marchés parallèles pour un prix inférieur aux prix habituellement pratiqués. Il s'agit parfois de contrefaçons dont on veut donner ainsi l’impression que ce sont bien des originaux.

de l’emballage et de l’étiquetage
L’emballage des produits contrefaisants est rarement bien étudié et bien fini. Une mauvaise qualité d’impression, notamment, révèle souvent une contrefaçon. Il faut également examiner avec attention les étiquettes, sur lesquelles doivent figurer un certain nombre de renseignements concernant le fabricant et le produit : toute erreur sur l'orthographe des noms de société et de la marque est révélatrice d'une contrefaçon. Les certificats d’authenticité, les conditions de garantie et le service après-vente proposés sont aussi des indices parlants…

du lieu de vente
À l'étranger, en particulier, il faut se méfier de lieux de vente qui n’ont pas pignon sur rue et se fier à la notoriété du vendeur. La plus grande vigilance s'impose sur Internet, notamment sur les sites d’enchères en ligne, qui proposent de très nombreuses contrefaçons.
Si le doute persiste, le consommateur ne doit pas hésiter à contacter la société qui fabrique les produits authentiques qui pourra l'aider à détecter une éventuelle contrefaçon, voire à engager une procédure si le produit a déjà été acheté.

Jeudi 6 Juillet 2006 - 08:39
Jean DA LUZ - redaction@tourmagagine.fr


Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com