Loading




tourmagazine.fr



Notez
Vendredi 28 Octobre 2011 - 15:33

Bouches-du-Rhône : sous les pipes lines, la plage !


La Côte Bleue possède ses criques, Fos-sur-mer et alentours ses grandes plages et ici, on se baigne ! Certes, le paysage industriel fait tapisserie mais difficile de trouver plus près de Marseille d’aussi vastes étendues de sable. Cela vaut bien d’essayer d’oublier les tuyères, pour se concentrer sur l’essentiel : le farniente et les activités nautiques.



La Côte Bleue - DR
La Côte Bleue - DR
On les a testées. Napoléon, Grand Plage, plage Cavaou, plage Saint-Gervais. A l’arrivée, il n’y a pas photo.

La plus sauvage, la plus grande (10 km), celle qui donne vraiment l’impression d’être au bord de la mer reste de loin la plage Napoléon, à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Bon, d’accord, il faut y aller. Plus de 70 bornes depuis Marseille jusqu’à Port-Saint-Louis, et encore 7 km (qu’on peut faire à vélo, une piste cyclable longe la route) pour rejoindre la plage, au bout d’une presqu’île en galette trouée d’eau qui n’en finit pas de s’étirer jusqu’au milieu du golfe de Fos.

Mais une fois là, à vous les balades vivifiantes, la découverte d’antiques cabanons de pêcheurs, les joies du farniente et des jeux de ballons.

Pour la baignade, toutefois, attention : pas d’abri et quand ça souffle, ça « bastonne »… Même les porte-conteneurs géants et leurs centaines de « boîtes », en attente au large, paraissent alors pressés de rejoindre une place libre à quai.

Véliplanchistes

Tout est un peu mieux canalisé à Fos, au fond du golfe éponyme. Certes, le Club Med n’y ouvrira jamais de village et on comprend que l’environnement de dépôts pétroliers et de cheminées fumantes rebute plus d’un estivant.

Mais Fos a ses habitués : des familles, souvent, et aussi tous ces véliplanchistes qui ne jurent que par les coups de vent locaux, propices aux vitesses excessives. Alors, puisqu’il faut choisir, allons-y et votons pour la Grand Plage.

Entre la mer et le canal, l’aménagement est correct – en dépit de l’horrible bunker abandonné de l’hôtel-restaurant du Golfe -, le sable est du vrai sable.

Il y a des douches et des toilettes (un seul, en fait). L’été, la plage est surveillée et réservée aux baigneurs. A côté, plusieurs terrasses de restaurants permettent de déjeuner.

Vrai sable

Oublions la plage Saint-Gervais, insignifiante criquette coincée entre le port de plaisance et de modestes maisons, sous la tour grise stalinienne de signalisation marine. Et allons plutôt voir la plage Cavaou.

Proche du terminal méthanier, on y retrouve les attributs de la plage Napoléon, même si l’entretien laisse un peu à désirer. Voilà, on vous a tout dit. A vous de faire votre propre jugement !


Vendredi 28 Octobre 2011 - 15:46
Jean-François Rust



Actualité | SAV du Voyage | Testé pour vous | Mode d'emploi du voyage | Editorial | Concours Voyages | Publi-Rédactionnel | France | HONG KONG DESTINATION2 | NORVEGE DESTINATION | QATAR DESTINATION | REPUBLIQUE DOMINICAINE DESTINATION | PORT AVENTURA DESTINATION | Monde | Rechercher par destination






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com