Loading




tourmagazine.fr



Notez
Lundi 14 Novembre 2005 - 15:41

4 millions de cybervoyageurs et moi et moi et moi...

Par Anne de MONTALIVET


Alléchée par le foisonnement de voyagistes en ligne et les bonnes affaires en perspective, Anne de MONTALIVET, est partie en quête de paradis sous les tropiques en ligne. Mais dénicher la bonne affaire et le meilleur rapport qualité/ prix n'est pas aussi aisé qu'il y paraît...



Environ 10 millions de Français ont préparé leur voyage sur le web l’année dernière et près de 4 millions ont effectivement réservé en ligne. Le voyage en ligne est l’un des rares secteurs où les prévisions optimistes de la fin des années 90 se sont vérifiées.

C’est également l’un des domaines où l’offre sur internet est la plus large : pure players, agences traditionnelles, tours opérators, compagnies aériennes, chaînes d’hôtels, guides, sites personnels, forums spécialisés, sans compter les ambitions des portails et autres moteurs de recherche.

A priori donc, la réservation de ma semaine sous les tropiques s’annonçait sous les meilleurs auspices : à moi le soleil, les meilleurs tarifs, le tout sans faire 25 minutes de queue dans une agence bondée un samedi après-midi.

Difficile de faire la part des choses...

Dans la pratique ma quête du meilleur rapport qualité/ prix s’est avérée un peu plus compliquée que prévue. Premier obstacle : le foisonnement : comment faire son choix parmi toutes ces offres plutôt à différencier.

Concernant la qualité des prestations, même complexité ! Dans les forums, on trouve un peu tout et son contraire, sans compter que les voyageurs mécontents s’expriment plus que les satisfaits. Difficile de faire la part des choses et d’être sûr de ses choix.

Concernant la recherche du meilleur prix, ce n’est pas simple non plus, surtout si l’on se trouve dans la situation, pourtant banale, d’avoir choisi une destination, une date de départ et une date de retour.

Pour compliquer encore un peu cette quête, certains sites, et pas les moins connus, renvoient encore vers… un numéro de téléphone dès que l’on arrive à l’étape cruciale de la tarification. Inutile bien sur d’espérer joindre un standard un dimanche à 10h du soir.

Inutile d’espérer dans ce cas finaliser la transaction sur internet puisque le paiement en ligne n’est pas prévu. C’est raté pour figurer dans les statistiques 2005 des Français qui auront réservé leur voyage en ligne.

Ce sera pour la prochaine fois. N’est-ce pas le bon moment pour les agences en lignes d’évoluer vers une plus grande différenciation des offres, de travailler au positionnement de leurs marques, pour aider le consommateur à se retrouver dans cette masse d’informations ?

Evoluer vers plus d'ergonomie et des contenus plus adaptés

Pour accroître encore le pourcentage d’acheteurs en ligne, les sites devront évoluer vers une ergonomie et des contenus plus adaptés à leurs cibles. Jusqu’à présent c’était la recherche du prix qui primait, l’élargissement de l’audience entraîne logiquement la multiplication des besoins consommateurs.

Les acteurs traditionnels ne devraient-ils pas cesser de craindre la transparence sur les tarifs ? Le consommateur y a pris goût et quoi de plus frustrant que de tomber sur un numéro de téléphone au moment où l’on essaie de concrétiser son achat en ligne.

D’ici 5 ans aux Etats-unis, le voyage en ligne devrait représenter 34% du total des dépenses de voyages, à comparer aux 24% estimés en 2005, selon JupiterResearch.
Cette remarquable progression, sur un marché très concurrentiel, profitera surtout aux acteurs qui auront su comprendre l’évolution de leurs consommateurs et répondre avec pertinence aux conséquences de la dématérialisation de l’achat de voyages.

Anne de MONTALIVET en syndication avec Elenbi.com

(*) Les sous-titres sont de la rédaction

Vendredi 18 Novembre 2005 - 09:34
A. de M.

News | Transport | Croisière






RSS | Facebook | Newsletter | Ajout aux favoris


tourmag.com brochuresenligne.com mytourmag.com dmcmag.com